BMW R 1150 R: Une image canaille

BMW R 1150 R: Une image canaille

pub-haut

BMW a soulevé des discussions au dernier Salon de Munich, en septembre dernier, en montrant un concept inattendu de bike basée sur la R 1150 R. Elle avait une peinture et des graphismes voyants, le phare asymétrique de la trail R 1150 GS et de nombreuses pièces de la partie cycle provenaient de la gamme boxer. Ce prototype a généré beaucoup de commentaires, pour et contre. Plus de pour que de contre puisque six mois plus tard, la R 1150 R Rockster est déjà en production, et vient ajouter un peu de piquant à la gamme boxer de la marque allemande.

pub-haut

L’ergonomie a un peu changé, à cause du guidon qui est légèrement plus plat : il reste à 835 mm du sol, 35 de moins que sur la R. En option, on peut ajouter une selle plus basse de 40 mm. Ce n’est pas une moto particulièrement légère, elle pèse 219 kg, ce qui est assez élevé pour une naked. Lors de l’essai en périphérie de la ville de Daytona, en Floride, la moto s’est avérée assez manœuvrable pour se déplacer entre deux files de voitures et démarrer en premier au feu tricolore.

L’esthétique de la Rockster semble un peu trop agressive. Un conducteur de Harley, avec un casque en plastique, m’a regardé et m’a crié : «Tu peux être sanctionné pour ça!». Il se référait à ma manœuvre, illégale en Floride. J’ai donc arrêté de conduire entre les voitures. Ensuite, le conducteur de la voiture que je venais de dépasser s’en est mêlé, en me donnant un coup de klaxon et me demandant, par des gestes, de me placer derrière lui. Ma réponse a été de les ignorer, à engager la première vitesse et les laisser derrière lorsque le feu est passé au vert. Durant la semaine de Daytona, il faut circuler en moto pour arriver à l’heure…

La Rockster n’est pas une dragster, la R non plus, mais au feu, elle démarre assez rapidement. Elle tire bien en dessous des 2000 tr/min, même si l’échappement émet un son un peu faible, et elle est à son meilleur rendement entre 3000 et 5000 tr/min. Si on dépasse cette limite, on peut ressentir des fourmillements qui se maintiennent jusqu’à la ligne rouge, à 7500 tr/min. Cinq mille tours en sixième donnent 145 km/h au compteur. La Rockster s’est montrée agréable à des vitesse habituelles sur autoroute, légèrement au dessus de la vitesse légale, et dispose d’une puissance suffisante pour des accélérations qui la font monter jusqu’à 185 km/h.

Pour une moto naked, elle est très bien pensée pour aller vite car la faible hauteur du guidon et les pédales reculées contribuent à une position étendue, et le tronc du conducteur est légèrement incliné vers le vent. Pour suivre le style BMW, le conducteur comme le passager disposent d’une selle aux dimensions généreuses. Dommage cependant que le passager n’ait pas une poignée à laquelle se tenir. Lors des voyages longs et rapides, la consommation du moteur est un inconvénient. Elle entre sur la réserve à un peu moins de 150 km, comme la R.

Il se peut que les culasses à deux bougies permettent de baisser la consommation, mais je ne m’attend pas à une grande amélioration. Les performances sur ligne droite s’avèrent respectables, sans être extraordinaires. Même chose pour le cadre, qui est très stable et a l’agilité suffisante pour s’amuser dans les virages. Ceci est dû en grande partie à la fourche Telelever, qui fatigue un peu les poignets, mais qui permet de réduire les affaissements dans les freinages et assure un contrôle précis de la trajectoire dans les virages. L’unique amortisseur simple arrière fonctionne aussi très bien, avec fermeté tout en absorbant les ornières de l’asphalte, malgré le poids de la transmission par axe. La hauteur au sol est assez bonne, seules les pédales effleurent le sol, même quand la moto est suffisamment inclinée pour que les Pilot Sport travaillent à fond. Un réglage minimum de la précharge est possible, et on peut également ajuster l’extension.

Le système EVO fournit une bonne puissance grâce à la combinaison de disques de 320 mm, à l’avant, avec des étriers à quatre pistons, et à l’aide occasionnelle de l’ABS, qui se charge de calmer le train avant. Il y a d’autres détails typiques de BMW, comme les petits et utiles rétroviseurs, les interrupteurs, peu pratiques, et le bon niveau des finitions. Cependant, le prix est très compétitif, ce qui est rare pour la marque allemande. Elle coûte seulement un peu plus que la R. BMW fabriquera aussi 2003 unités de la Rockster consacrées à son 80ème anniversaire, en série Edition limitée et numérotée, avec toute une série d’accessoires d’origine, à un prix supérieur. Une moto naked tapageuse comme celle ci n’est pas adaptée à tout le monde, mais ne vous fiez pas à son style. C’est une moto destinée aux conducteurs qui apprécient son image canaille, mais qui recherchent au fond une moto élégante, fine et docile. Une moto avec un peu plus de classe qu’une préparation spéciale.

Roland Brown Fotos: Brian J. Nelson & BMW