CSR Custom 250 Automatique: L’alternative Custom

CSR Custom 250 Automatique: L’alternative Custom


Il permet de plus d’écouter la musique qui vous plaît. Intéressant. Le marché est plein de fabricants qui tentent de combiner les concepts moto et scooter, avec pour objectif d’obtenir un véhicule avec le comportement des premières et la facilité de conduite des seconds. CSR, la jeune marque espagnole, et le fabricant chinois CF Moto nous proposent leur version originale, une custom automatique avec des détails aussi surprenants et inédits que son propre concept.


Son cadre est un conventionnel double berceau en tube d’acier rond, avec une distance entre les axes de 1490 mm. Il est très stable et ne flanche pas devant les voyages inter-urbains de moyenne et longue distance, même s’il est plus à l’aise dans une utilisation quotidienne en ville. Sa cylindré limite son rayon d’action à la ville et la périphérie, mais il ne faut pas sous-estimer son comportement sur route. La CSR a une bonne distance entre les axes et son centre de gravité est situé assez bas, ce qui lui fournit une bonne stabilité et la rend très maniable.

La hauteur de ses jantes et la section de ses pneumatiques, aux dimensions sur-dimensionnées (110/90 x 18 et 150/80 x 15) nous apportent une grande confiance dans les inclinaisons. Ses gommes ne sont pas de première qualité, mais cela n’est pas indispensable étant donné qu’il s’agit d’une tranquille custom. Plus que les pneumatiques, les pédales marquent la limite dans les inclinaisons, car elles frôlent facilement l’asphalte. Néanmoins, par mesure de sécurité, elles peuvent se replier.

Le freinage est bon: on peut compter sur ses deux disques de frein aux dimensions adéquates pour retenir son inertie, de 280 mm à l’avant et 220 mm à l’arrière, à étriers à deux pistons parallèles et opposés, respectivement. Le tact, en revanche, est un peu dur, mais les étriers à deux pistons sur les deux axes mordent avec la force suffisante. De plus, nous pouvons régler les deux manettes selon nos préférences, pour plus de confort. Le point faible de la partie cycle est sans doute les suspensions. Le travail de l’hydraulique est presque inexistant, et les parcours de la fourche comme des amortisseurs postérieurs sont faibles. Ces derniers atteignent le maximum de leur compression en situations ponctuelles et avec un seul voyageur. Mais dans le cas de la fourche, si nous appuyons avec force sur le frein antérieur, nous atteignons rapidement ses limites; ce qui est un peu gênant.

Concernant le moteur, nous devons regarder la nouvelle CSR du point de vue d’un scooter. Cela se remarque sur son coté gauche, qui exhibe le carter qui contient la transmission automatique, au lieu du bras oscillant et de la typique transmission par chaîne, habituels dans cette cylindré. CF Moto, la marque orientale qui le fabrique, crée ses propres mécaniques et compte pas mal d’années d’expérience, même si dans nos pays on commence tout juste à connaître cette marque.

La CSR est équipée d’un moteur monocylindre (avec cylindre vertical de dimensions 72,0 x 60,0 mm et 244 cc), 4T LC SOHC 2V, qui laisse échapper quelques vibrations, qui ne sont pas gênantes. Sur le banc de puissance, elle fournit pas moins de 17 CV, ce qui lui permet, entre autre, de parcourir 100 mètres en un peu plus de 7 secondes et d’atteindre une vitesse maximale de 112 km/h. Ce sont de bonnes performances pour une custom urbaine. Nous pouvons ainsi aller partout à un bon rythme et nous déplacer rapidement entre le trafic. Parmi tout ce que peut nous offrir ce propulseur, nous retenons deux choses: la première, sa facilité de conduite, parfaite même pour les conducteurs débutants ; la seconde, son incroyable autonomie, de 400 km, grâce à une consommation d’un peu plus de 4 litres aux 100 km et à un très large réservoir de carburant de 17 litres. Notre conduite et les trajets que nous avons réalisés ont beaucoup conditionné ces données, mais il est clair qu’elle a les qualités suffisantes pour pouvoir réaliser peu de passage à la pompe.

Traduit et adapté de SOLOMOTO par Pauline Balluais