Essai : Ducati 1199 Panigale R

Essai : Ducati 1199 Panigale R

pub-haut

Quel modèle manquait à Ducati (qui possède déjà la version de base et la S) pour compléter la gamme Panigale ? La version Race Replica évidement, également appelée la « R ». Motofan a fait le déplacement jusqu’à Austin pour la tester sur le nouveau circuit américain de Formule 1 et MotoGP.

pub-haut

essai-ducati-1199-panigale-r-essai-ducati-1199-pan_fi_39418

La fiche technique du moteur, un bicylindre en L de 1198 cc, à 8 soupapes, distribution desmodromique et avec un rapport alésage/course de 112 x 60,8 mm, évoque de nouvelles bielles en titane qui aident à alléger les composants de 0,63 kg, des barres avec traitement DCL (Diamond Like Carbon) et la dernière mise à jour du logiciel de gestion de la centrale électronique. Tout cela a permis d’optimiser l’accélération du vilebrequin et les performances du bicylindre de 1198 cc, augmentant ainsi à 500 tr/min le régime maximal et également le point d’intervention du limitateur, qui atteint presque les 12 000 tr/min, un véritable record pour un moteur V-Twin de série. La puissance maximale déclarée est de 195 CV à 10 750 tr/min avec un couple maximal de 132 Nm à 9 000 tours.

La partie cycle se compose du  fameux cadre monocoque en alliage d’aluminium, la solution technique dérivée de la Desmosedici de Filipo Preziosi. Les suspensions sont les prestigieuses Ohlins, avec la fourche NIX30 USD de 43 mm entièrement réglable à l’avant et le mono amortisseur TTX36 à l’arrière. Les deux suspensions sont équipées d’un réglage électronique en extension et compression.

Les légères jantes Marchesini forgées en alliage et à 3 barres complètent le pack de la partie cycle. Elles sont équipées en série des Pirelli Diablo Superscorsa SP. Selon la tradition de la marque italienne, le système de freinage est signé Brembo, avec deux disques semi-flottants de 330 mm et des étriers monoblocs Evo M50 à 4 pistons. Sur la partie arrière, on trouve cependant un disque de 245 mm avec un étrier à deux pistons.

Concernant le cadre, l’innovation principale de la R réside sur un système qui permet de régler la position de l’axe du bras oscillant sur 4 hauteurs différentes, dans un rang de +2 à -4 mm par rapport à la configuration standard des autres versions.

Le pack Panigale « R » est complété par un kit racing en option, composé d’une bulle racing plus grande, de bouchons d’ancrage pour le rétroviseur en aluminium et d’un système d’échappement racing Termignoni (non homologué pour une utilisation sur route) qui devrait garantir une augmentation de puissance de 3 % dans les hauts régimes et de plus de 15 % dans les moyens régimes. Ce n’est pas mal, si on tient compte du fait que la « R » sort de l’usine avec une couronne à deux dents de plus que la version standard, et donc avec une relation finale plus courte.

Enfin, le pack comprend de nombreux détails en fibre de carbone (protection du bras oscillant, talons, protection de la chaîne, du contact et de l’amortisseur arrière, garde-boue avant et arrière, bouchon d’embrayage) qui permet à la « R » de s’alléger jusqu’à atteindre le poids incroyable de 165 kg. Malgré tout cela, la moto est équipée en série d’un système ABS.

La Panigale 1199 se caractérise par une selle racing fabriquée en tissu technique et d’un système Ducati Data Acquisition, avec un module GPS pour connaître les temps par tour et mémoriser les informations relatives aux trajectoires, à la vitesse, aux tours du moteur, à la vitesse sélectionnée, à l’ouverture de l’accélérateur, etc…

essai-ducati-1199-panigale-r-essai-ducati-1199-pan_fi_39421

Le bicylindre en L de Ducati donne le meilleur de lui même et même les versions de base et S du nouveau moteur Superquadro ont démontré qu’elles pouvaient faire passer un sale moment aux moteurs 4 en ligne, y compris dans les lignes droites. La 1119 R va encore plus loin. Sortir en deuxième du virage 11, tourner la poignée de gaz vigoureusement, en laissant l’électronique gérer les indicateurs de perte d’adhérence et laisser s’exprimer le moteur sur la longue ligne droite principale du circuit américain est devenu, tour après tour, une expérience de plus en plus gratifiante et excitante. La vitesse maximale a atteint 280 km/h réels, ce qui démontre l’extraordinaire potentiel de la Panigale R.

Le changement rapide Ducati Quick Shifter permet de passer les vitesses d’un seul coup, sans aucune perte de temps ni de tr/min.

Le grand avantage de la Panigale R est que, malgré des performances de superbike, elle reste une sportive relativement facile à piloter. Après quelques temps passés sur la selle, la confiance est déjà considérable. Le cadre affiné offre une précision typique de l’école italienne alors que son agilité, plus japonaise, permet des changements de direction très rapides. Concernant les freins, ils frôlent la perfection. Les étriers Brembo monoblocs sont très puissants et bien modulables dès les premiers millimètres d’actionnement de la manette. L’ABS racing, réglé au niveau minimal d’intervention, n’influe pas sur la conduite ni même dans les freinages violents. Il sera plus utile dans une utilisation sur route, avec des options plus conservatrices. Pour finir, une mention spéciale au système de GPS pour les temps de tours, qui est équipée en série et qui transforme le tableau de bord en une sorte de terminal de données. L’écran TFT haute définition est également très utile et fonctionnel.