Harley Davidson Night Rod Special ABS

Harley Davidson Night Rod Special ABS

pub-haut

Avec son nouvel ABS, la Harley Night Rod Special renforce l’image audacieuse que lui confèrent ses formes noires. Elle ne craint plus l’asphalte mouillé et glissant, avec des gravillons, ni les obstacles inattendus.

pub-haut

Harley Davidson a développé l’ABS en collaboration avec la marque italienne Brembo, fournisseur de l’équipement de freins de cette moto. Équipée d’un ABS, la moto se maintient mieux en cas de freinage soudain sur route mouillée ou en cas de perte d’adhérence. Les Harley Davidson V-Rod ou Night Rod Special avec système de freinage anti-blocage ABS coûtent 1000 euros de plus que la version standard. Je me suis élancé sur une route du nord de l’Italie sur une noire et méchante Night Rod Special, et je m’attendais à trouver les pièges habituels à tout conducteur de moto: chiens perdus, piétons distraits, ou une Fiat Uno faisant demi-tour en pleine rue…

Mais ce trajet était différent, car une petite partie de moi désirait qu’il se passe vraiment quelque chose d’inattendu, pour pouvoir mettre à l’essai en situation réelle le nouvel ABS qui équipe la Harley. Finalement, rien ne s’est mis en travers de mon chemin, et je suis arrivé au lieu de rendez-vous sans avoir à utiliser l’ABS en urgence. De plus, dans cette zone il était facile de trouver des routes tranquilles: il fallait seulement que je m’assure que personne ne venait par derrière, que j’ouvre les gaz à fond et que je serre les freins avec force pour constater que l’anti-blocage accomplissait bien sa tache.

La stabilité en ligne droite est bonne même à vitesse de croisière élevée. La bulle du phare offre une protection aérodynamique non négligeable… si l’on s’allonge sur le réservoir. La Special roule en toute confiance dans les virages simples, mais sa longueur de 1715 mm entre les axes et son grand pneumatique arrière, de 240 mm, provoquent une certaine instabilité dans les virages plus sinueux et surtout plus accidentés. Elle préfère les routes à l’asphalte parfait que les rugueuses et sinueuses routes départementales. Étant donné la combinaison de vitesse et poids (292 kg), j’ai beaucoup apprécié la présence des trois disques de 300 mm qui, mordus par des étriers Brembo à quatre pistons, offrent une grande puissance de freinage (sur ce modèle en particulier, et sans dérapage, grâce à l’ABS).

En conduite un peu plus sportive, lorsque l’on appuie un peu trop sur le frein arrière, l’ABS se met en marche, ce qui est appréciable, car il impose des limites et ne laisse pas la roue arrière se bloquer, ce qui est vital sur ce type de motos longues et lourdes. A l’avant, on peut freiner fortement, presque jusqu’aux limites sportives, mais j’ai préféré attendre un autre type de tests, plus surs, pour le faire, car je me rappelle encore d’une mauvaise expérience avec une moto sportive… Après le parcours de prise de contact avec la Special sur une route près de Milan, on nous a invité à la tester sur les pistes spéciales du circuit Franciacorta, où Brembo et H-D ont développé leur système ABS. Les motos étaient équipées de stabilisateurs pour empêcher tout type d’atterrissage forcé, type Boeing 747…Sur asphalte sec, le conducteur expérimenté peut se passer de l’ABS, et cela est valable pour celui de Harley comme pour les autres marques qui en sont équipées.

Lorsque nous avons testé la moto sur sol sec, l’ABS s’est mis en marche juste avant que la roue ne se bloque vraiment, de sorte que le système a réduit partiellement l’efficacité des freins. Mais d’un autre coté, lorsque l’on actionne la pédale (peu pratique) du frein arrière, l’ABS ajoute la force de freinage nécessaire, sans peur de bloquer la roue arrière. En général, le répondant de la Harley lors d’un freinage d’urgence semble s’améliorer avec l’ABS.

Traduit et adapté de SOLOMOTO par Pauline Balluais