Harley-Davidson XL 1200 V Seventy-Two : ‘Give me the seventies’ 2012

Harley-Davidson XL 1200 V Seventy-Two : ‘Give me the seventies’ 2012

pub-haut

Avec un tel nom, on pourrait croire qu’il s’agit d’une édition spéciale anniversaire. Mais ce n’est pas le cas : cette Harley-Davidson est encore plus spéciale que cela.

pub-haut

harley-davidson-xl-1200-v-seventy-two-give-me-the-_fi_10094501-3

En plus de son guidon surdimensionné, la Seventy-Two présente d’autres détails propres à une custom d’il y a quarante ans.

Les jantes à rayons chromés, de 21 pouces pour la jante avant, attire l’attention. Le filet blanc sur le profil des pneumatiques et la peinture des fibres sont aussi très vintages. La jante avant, comme le reste de la moto, attire beaucoup l’attention, mais ce sont ses fibres minimalistes qui la définissent le mieux, comme toute bonne chopper. Nous remarquons les garde-boues, raccourcis au maximum pour passer inaperçus. Nous notons également le réservoir de carburant, aux angles marqués, de seulement 7,9 litres de capacité.

La selle de la Harley-Davidson XL 1200 V Seventy-Two est très réduite, très proche de l’asphalte, autre caractéristique des chopper. Elle est si petite qu’entre elle et le réservoir, il y a un petit espace couvert avec plus de fibres, de la même couleur que la moto. On pourrait croire qu’il manque quelque chose, qu’on aurait pu faire une selle plus large allant jusqu’au réservoir de carburant, mais ces motos sont ainsi.

Dans une présentation, on n’a pas toujours le temps de tirer toutes les conclusions, mais lorsque l’on a la chance de pouvoir se déplacer durant toute une semaine avec une moto, c’est chose possible.

J’ai pris la Seventy-Two le jeudi, et j’ai attendu impatiemment le week-end pour m’échapper avec elle. Et je suis parti, seul, car c’est une monoplace.

Sur le premier tronçon d’autoroute, j’ai remarqué que la position de conduite peut être fatigante si on dépasse les 120 km/h, car avec le guidon élevé et la selle basse, tout le vent est dirigé vers le tronc, ce qui provoque une sorte d’effet parachute. Lorsque je suis redescendu à 100 km/h, cet effet a disparu. Une moto comme celle-ci n’est pas conçue pour rouler à grande vitesse, mais pour profiter du trajet, sans précipitation.

Sur route tout est différent. En mieux. Le dynamisme est l’un de ses points forts de la XL 1200 V Seventy-Two , car le poids de l’ensemble moto-conducteur est très bas et les changements d’un côté à l’autre sont très rapides et commodes. Il n’y a pas besoin d’effort pour faire entrer la moto dans le virage. La jante avant de 21 pouces la rend stable, dans les virages comme sur autoroute.

La fourche au long parcours est un peu molle lorsque l’on freine précipitamment, mais sur une custom, je préfère des suspensions souples. La fourche est un peu souple que les deux amortisseurs arrière.

L’unique reproche est qu’avec le passage des kilomètres, l’arrière peut devenir instable, cela dépend de chacun et le petit réservoir offre seulement 132 kilomètres d’autonomie… Les arrêts pour faire le plein de carburant nous permettent ainsi de nous reposer.