Honda CB 1300: De retour dans l’arène

Honda CB 1300: De retour dans l’arène

pub-haut

Cela faisait longtemps qu’Honda n’avait pas commercialisé en Espagne la plus grande de ses CB. Un modèle plus dynamique, une esthétique rétro : une moto idéale pour les pilotes romantiques.

pub-haut

La naissance de ce modèle, et des grandes pluri-cylindriques naked en général, remonte à de nombreuses années en arrière. Dans les années soixante, alors que les sportives étaient à peine équipées d’une simple bulle de protection aérodynamique, ces grandes motos naked étaient les reines de l’asphalte. Durant les années 80 elle se sont vêtues de tenues aérodynamiques pour obtenir de meilleures performances, qui cachaient la beauté de leurs entrailles. Au Japon le culte de la moto naked est absolu, et les japonais sont les leaders des ventes de naked dans la majorité des cylindrés.

En observant de près la CB 1300, on a l’impression qu’elle s’est inspirée du moteur de la Big-1, et non de celui du modèle précédent. Nous ne sommes pas loin de la réalité puisque tout le moteur a été revu. Ce moteur de 1284 cc est alimenté par un système de dernière génération à injection électronique PGM-FI, qui lui donne une valeur maximale de 115,6 CV à seulement 7500 tr/min, avec un couple moteur de 11,9 kgm à 6000 tr/min. Sa culasse est plus compacte que sur la version précédente, et l’angle entre les soupapes est plus réduit.

Les manchons sont mécanisés directement dans les cylindres, le radiateur a une plus grande capacité de refroidissement et le système de silencieux est équipé d’un catalyseur et d’un échappement entièrement remodelé. Il est en aluminium comme sur la Big-1, et non plus en acier inoxydable. Le filtre à huile a été doté d’un système de refroidissement par liquide, et l’embrayage a été renforcé et adouci. La partie cycle accueille un nouveau cadre plus léger de 3 kg, avec un lancement de 99 mm au lieu des 113 mm précédents. La distance entre les axes a été réduite de 25 mm et les ancrages des amortisseurs arrières ont perdu définitivement le système de biellettes progressives de sa prédécesseure.

Le bras oscillant en aluminium extrudé a un nouveau design, il est plus rigide et léger. Le train avant comprend une nouvelle fourche de 43 mm qui augmente les possibilités de réglages hydrauliques et de ressort. Les freins ont aussi été changés. Sur le train avant les disques et les étriers sont nouveaux, et permettent de gagner en puissance, alors que le disque arrière est passé de 276 mm à 256 mm, pour des raisons de réduction de poids. Les jantes sont désormais à cinq barres au lieu de trois… mais elles sont plus légères.

C’est la perte de poids annoncées par les responsables de Honda, qui souhaitait obtenir une moto plus dynamique et divertissante, avec des géométries plus sportives. La CB 1300 est surprenante. C’est un mélange entre modernité et classicisme. L’arrière est très agressif, il est accentué par un bloc de 18 leds qui émettent une puissante lumière. La place du conducteur est large, celle du passager est délimitée par un renflement à l’extrémité de la selle, qui évite les chocs avec le conducteur lors de freinages brusques.

La place arrière a été soignée, avec sa large poignée et son garde-boue qui n’éclabousse pas les jours de pluie. Cependant, les repose-pieds du passager sont un peu hauts, pour les caractéristiques dynamiques de la moto. On retrouve un tableau de bord très complet, et même un peu trop pour une moto ni sportive ni routière. Son design est classique, avec ses deux énormes sphères entourées d’anneaux chromés. On y trouve les informations habituelles, comme la consommation, mais aussi des détails presque anecdotiques, comme un calendrier.

On touche bien le sol avec les pieds. Pour les utilisateurs plus tranquilles, il existe une bonne option: les colonnes qui soutiennent le guidon peuvent tourner et rapprocher le guidon de la selle, de 25 mm, ce qui améliore la facette touristique de la moto en rendant la position de conduite plus verticale. La position de conduite est détendue. Avec son volume, un guidon un peu plus large aurait été appréciable, puisqu’en comparaison avec d’autres naked il semble un peu étroit. Autre détail remarquable sur cette nouvelle CB 1300: l’espace sous la selle. 12,4 litres de capacité, qui permettent d’entreposer un manteau, un sandwich, des canettes, des outils… ou la casquette de Hara-san, le chef de développement de cette CB.

Le son différent de son moteur attire l’attention. Selon Honda, un ingénieur s’est chargé d’étudier le son de l’échappement, et de trouver un son différent, pour donner plus de personnalité à la nouvelle CB 1300. Un son que l’on pourrait qualifier de grave et excitant, surtout sur les milles premiers tours. On remarque aussi tout de suite la souplesse de son embrayage, sans doute l’embrayage le plus facile à actionner de toutes les motos de route de grande cylindré que j’ai testé.

Sa came est graduée en cinq points, alors que celle du frein avant compte six points. Malgré son volume, son poids de 200 kg est impressionnant. Sa facilité à se déplacer à faible vitesse est toutefois surprenante. La moto apporte une grande sensation de confiance. On pourrait la qualifier d’urbaine grâce à sa maniabilité dans le trafic dense. Ses designers y ont pensé. Elle n’est pas maladroite, au contraire, et son moteur pousse avec beaucoup d’énergie à toutes les vitesses, et même à bas régimes. La cinquième vitesse peut même être utilisée en circulation urbaine grâce à l’efficacité du moteur. Une réussite pour cette moto, qui séduira les romantiques.

Traduit et adapté de SOLOMOTO par Pauline Balluais