Honda DN-01: Surprenante 2008

Honda DN-01: Surprenante 2008

pub-haut

Parfois, le géant Honda nous surprend. Cette fois ce n’est pas avec une nouvelle moto, mais c’est en nous laissant essayer l’avant-gardiste DN-01 quelques mois avant son lancement sur le marché européen.

pub-haut

Comme il l’a fait avec son système RV-Tech de deuxième génération, qui pour l’instant n’est proposé sur aucun modèle commercial malgré le fait que la marque l’ait exposé au dernier Motor Show de Tokyo, HondaMotorCo a convoqué certains représentants de la presse spécialisée japonaise pour nous laisser essayer son avant-gardiste DN-01. Le géant japonais a investi beaucoup d’argent dans cette moto automatique pour qu’elle soit un succès sur de nombreux marchés, notamment en Europe et aux États-Unis.

Le rendez-vous a été donné dans les installations que HondaMotorCo possède à TwinRing Motegi. Le test de la moto ne s’est pas passé exactement comme celui de la CBR 1100 XX RV-Tech d’il y a un an, mais a été plutôt une simple prise de contact, sans explications et en l’absence de ses créateurs, qui auraient pu nous aider à connaître plus en détails cette nouvelle moto automatique. Honda voulait avoir notre avis sur la moto… La marque a souligné son fonctionnement à bas régime et sa maniabilité. Ensuite chaque testeur a été interrogé en privé pour connaître son jugement sur le modèle, et on nous a demandé de ne pas faire part de notre avis avant l’interview, pour ne créer aucune tendance d’opinion. Tout ceci me parut curieux. Honda n’a pas l’habitude de demander l’avis d’autrui avant de lancer une moto sur le marché, encore moins pour un modèle qui est apparu pour la première fois au Salon de Tokyo en 2005, et donc en développement depuis 6 ans, alors que son lancement et sa commercialisation paraissent imminents.

La prise de contact avec la moto s’est déroulée sur la zone de parking en face de l’entrée principale du Musée Honda, près du circuit de Motegi. Seul un petit nombre a été exposé, sûrement sorti du complexe TwinRing, où se trouve le quartier général de développement de motos et de voitures de Honda R&D+I (Recherche & Développement + Innovation). On nous avisa que ces motos étaient des préproduction, et certaines d’entre elles avaient déjà plusieurs dizaines de milliers de kilomètres au compteur. La zone de test était une ligne droite de 150m de large, suivie par une zone de slalom, avec des virages plus ou moins rapides et fermés. A l’arrêt, on voit peu de détails critiquables, puisque les modèles ressemblaient plus à des motos tout juste sorties de la chaîne de montage, même si quelques une présentaient des défauts sur le pot d’échappement, dus aux kilomètres déjà parcourus ou à un essai. Personnellement, la plate-forme de style customisé, le guidon large et les rétroviseurs de la DN-01 ne m’ont pas convaincu, et je l’imagine mal en moto automatique destinée à tout type de conducteur, pour ville et route, comme l’a décrite Honda.

Une fois mise en marche, elle paraît arrêtée. On perçoit à peine le bruit du moteur, un bicilindre en V à 52 degrés, développé en théorie à partir du moteur très silencieux de la TransAlp et de la Deauville 700 (il a les mêmes dimensions internes). Son système d’échappement du côté droit, très collé à la roue grâce à un mono bras oscillant qui fait office de cardan, est lui aussi très silencieux. Un bouton DN permet de mettre le moteur au point mort et de manier la moto à l’arrêt, puisque le système de transmission ne traîne pas comme sur les grands scooters. Avec ceci on peut faire tourner le moteur dans le vide, sans risque que la moto s’échappe, comme cela peut arriver avec tous les autres scooters du marché. Un point mort qui s’enclenche par sécurité à chaque dois que le moteur s’arrête. C’est à notre tour de tester la moto, je presse le bouton DN, sur le guidon droit, qui connecte la transmission et met les gaz. L’embrayage automatique HFT se met en route et la moto démarre doucement sans à coups ni bruits étranges. Le mode sélectionné sur ce premier test est le D (normal) et la puissance arrive de manière plane et très progressive sur la roue arrière. J’essaie d’autres accélération en mode S (sportif), avec la même souplesse, mais une plus grande accélération, puisque le développement se raccourcit pour apporter plus de vigueur au moteur. Le mode manuel, mis en route grâce à un changement séquentiel, apporte 6 vitesses préétablies dans le changement automatique, et il se peut qu’il donne davantage la sensation du moteur au conducteur, puisqu’on ressent plus le propulseur.

Le centre de gravité bas et la selle également basse, ajoutés à une position de conduite redressée et très naturelle, et à un style de grand scooter ou de moto customisée, offrent une maniabilité relative. Ce n’est en effet pas une légère et docile 600, puisqu’elle pèse plus lourd, mais elle est à la hauteur des meilleurs scooters et motos customisées, malgré la large distance entre ses axes, et grâce aux pneumatiques et à la grande directionnalité offert par le guidon large. J’ai apprécié le freinage, avec CBABS, d’une grande puissance et d’un tact ferme, même si les conducteurs habitués aux scooters vont regretter l’absence de la manette sur le guidon gauche (le frein arrière est au pied droit, comme sur les motos). Cependant, je n’ai pas aimé la bulle, qui devrait être plus haute pour protéger le conducteur sur la route et les voies rapides, mais je suppose que Honda vendra cette pièce dans ses accessoires.

En bref, les conclusions sont positives pour cette première et courte prise de contact, et nous espérons que Honda nous convoquera plus tard pour un réel test de la DN-01. Nous l’attendons déjà. On nous a annoncé également qu’elle sera en vente au Japon, mais sans nous préciser le prix, qui pourrait être de 1300000 yens, soit 8500 euros hors taxes, ce qui ferait au total 9500 euros, un peu plus que la récente Aprilia Mana 850 ou le scooter GP800 de Gilera.

Gentileza Young Machine Traduit et adapté par Pauline Balluais