Honda VFR 750 R/RC 30: L’orgueil de Honda

Honda VFR 750 R/RC 30: L’orgueil de Honda

pub-haut

La Honda RC 30 était la superbike la plus révolutionnaire de son époque lors de sa commercialisation en 1988. Dérivée de la RVF 750 de compétition, c’est la réplique racing la plus fidèle jamais vue sur le marché. Elle a permis à Honda de récupérer son prestige après le lancement sans succès de deux modèles avec moteur V4..

pub-haut

La phrase sur la plaque du châssis de la RC 30 est courte et très nippone: «Pour les rares pilotes qui savent apprécier le meilleur qu’offre une moto sportive». Sur tout autre moto, ces mots peuvent sembler ridicules. Sur la RC 30 ils ont beaucoup de sens. Il y a de nombreuses années, à la fin des années 80, cette œuvre maîtresse de Honda était considérée comme la meilleure supersportive du marché (sûrement le véhicule aux plus grandes performances parmi ceux de son époque). La catégorie de cette RC 30 m’a paru évidente à partir du moment où je l’ai démarrée. Dès les premiers kilomètres de route sinueuse, les souvenirs de mon premier essai me sont revenus en mémoire. Les sensations actuelles sont telles que je m’en rappelle lors de ma première expérience sur une RC 30 en 1988: le tact doux de son moteur V4 à 90 degrés, le vrombissement grave de son échappement, une première vitesse très longue. Les prestations du châssis également, la puissance féroce du frein avant et une direction très précise. Il n’est pas étonnant que ces souvenirs s’avèrent aussi vivants, même si j’ai oublié un bon nombre des motos que j’ai testé ces dernières années. Il y a vingt ans, la sophistiquée Honda V4 était tellement supérieure à ses rivales qu’elle semblait venue d’un autre monde. Cette beauté, -dont le nom officiel était VFR 750 R, mais qui était plus connue sous son nom de code de fabrication, RC 30- n’a jamais été une moto de production japonaise ordinaire.

La RC 30 est la plus authentique réplique de motos de course. C’est une version urbaine légale de la puissante RVF 750 qui a dominé les courses internationales de Formule 1 dès ses débuts en 1985. Comme la Honda CB 1100 R et la VF 1000 avant elle, la V4 était une moto d’homologation spéciale, construite en peu d’unités pour gagner des courses. Elle coûtait presque le double des 750 tétra cylindres de production en série, et s’avérait singulière par rapport aux standards de ses prédécesseures. La RC 30 a été créée par nécessité pour Honda de rétablir son prestige, mis à mal à cause de problèmes mécaniques rencontrés sur de nombreux modèles haut de gamme au début de la décennie. La VF 750 F, commercialisée en 1983, a souffert d’un grave problème sur son moteur V4.

Sa remplaçante de 1986, la VFR 750, a regagné peu à peu la confiance perdue, mais le fabricant de motos le plus grand au monde a dû travailler dur pour réaffirmer son excellence technologie dans les V4. Développer la moto 4T en série la meilleure possible était la façon idéale d’y parvenir. Honda possédait déjà la moto de course parfaite sur laquelle la marque pouvait baser sa moto en série, qui deviendrait par la suite son modèle phare. Le design et le format de la RC 30 sont fortement inspirés la RVF, depuis son carénage compact à double phare et sa selle monoplace jusqu’au léger châssis à double poutre en aluminium, presque identique à celui de la moto de course, en passant par son propulseur V4 de 748 cc refroidi par liquide et à distribution par engrenages.

Autre composant du châssis dérivé de la RVF, le mono bras oscillant, semblable à celui utilisé sur les toutes puissantes motos officielles, et qui facilite les changements rapides de roue. Au début, Honda a affirmé, à tort, que le mono bras oscillant était plus léger que les deux bras à la rigidité similaire. Le moteur de la RC est une version affinée et allégée du V4 90° DOHC de la VFR 750 F. Il conserve les mêmes dimensions de 70,0 X 48,6 mm, malgré de nombreux changements internes. Les 16 soupapes sont actionnées directement par les arbres à cames. Les biellettes ont été forgées en titane léger. Le vilebrequin est trempé à 360°, comme sur la RVF (180° sur la 750 F), car cette structure offre de meilleure sortie de virage à plein gaz sur circuit. Les carburateurs Keihin, plus grands (35 mm), et les deux radiateurs recourbés sont aussi des détails inspirés de la RVF, comme le système d’échappement (lui aussi recourbé), avec son unique silencieux. La puissance maximale est de 112 CV à 11000 tr/min, avec une augmentation de 7 CV sur la 750 F. La RC 30 a une grande bande de couple, mais cela n’a pas empêché Honda de monter une boite de changement à six vitesses avec des rapports fermés, et une première vitesse étonnamment longue.

Malgré son prix élevé, la RC 30 a été populaire dès son lancement, et appréciée aussi bien pour son utilisation de rue que sur circuit. Honda avait besoin de produire seulement 500 unités pour homologuer la RC 30 pour les courses du Mondial de Superbike, mais la marque a finalement construit plus de 3500 unités. Lorsque sa production s’est arrêté en 1991, Foggy ainsi que «Flying » Fred Merkel avaient décroché leurs victoires mondiales, et la RC 30 avait gagné de nombreux TT sur l’Île de Man, d’innombrables courses et des championnats dans le monde entier. Pour Honda, cette moto a joué un rôle remarquable dans la réputation de la marque, qui a pu s’affirmer comme constructeur de véhicules de haute qualité et de moteurs V4 en particulier. Plus de vingt ans après, les prix de ces modèles sont plus élevés que jamais. La RC 30 est considérée comme le top du développement des supersportives des années 80, mais c’est aussi une grande moto intemporelle. En conduire une confirme sa réputation bien méritée.

Traduit et adapté de SOLOMOTO par Pauline Balluais