KYMCO SuperDink 300i ABS : paysage urbain

KYMCO SuperDink 300i ABS : paysage urbain


Les nouveaux modèles KYMCO n’ont plus rien à voir avec les premiers modèles exotiques que la marque avait lancé sur le marché il y a plus de dix ans. Aujourd’hui, la marque de Taiwan est devenue une référence dans le secteur. Elle a connu une évolution spectaculaire au niveau de la qualité et du design, qui place ses scooters dans la liste des scooters les plus vendus. Le SuperDink 300 avec ABS n’est pas en reste…


kymco-superdink-300i-abs-paysage-urbain-kymco-supe_hd_28293 kymco-superdink-300i-abs-paysage-urbain-kymco-supe_fi_28292

Si vous vous demandez encore pourquoi KYMCO a été choisi par BMW pour collaborer dans le développement de moteurs, testez plutôt le 300. Le moteur du SuperDink 300 bénéficie des meilleures performances de son segment : ce ne sont pas moins de 33 CV (32,8 CV exactement) à notre disposition, presque autant que sur certains 400 du marché. Il fournit cette puissance dès le démarrage, sans vides ni retombées, et il livre une vitesse maximale non négligeable.

Cependant, tout ne peut pas être parfait : ce moteur vibre un peu (surtout au ralenti) et il est un peu bruyant dans les hauts régimes. L’accélération depuis l’arrêt n’est pas son point fort. Il accélère assez efficace, et permet de s’échapper du trafic, mais je le préfère dans les moyens régimes.

Entre 80 et 120 km/h, il est même brillant. C’est un moteur d’accélération plus que de finesse. Plus énergique que tranquille. Plus de caractère que de douceur. Il n’est pas adapté à ceux qui cherchent un moteur souple au tact électrique. kymco-superdink-300i-abs-paysage-urbain-kymco-supe_fi_28294

C’est malgré tout un moteur assez économique. Les ingénieurs de KYMCO ont bien travaillé sur cet aspect. Ils souhaitaient que sa puissance ne pénalise pas sa consommation. En centre ville (à l’heure de pointe), ou sur les avenues larges ou les tronçons rapides d’autoroute de périphérie, la consommation n’a pas dépassé les 5 litres. Un chiffre plus qu’acceptable étant donné le niveau de performances de l’ensemble.

Il faut insister sur le fait que le SuperDink 300 va très vite et au moment de tourner la poignée de gaz, il est plus proche d’un 400 que d’un 300. Ce n’est pas un moteur déroutant qui nécessite de grandes habilités de conduite, mais ce n’est pas non plus un moteur tranquille. Grâce à ses possibilités mécaniques et sa puissance, il est parfaitement  adapté pour accueillir un passager.

kymco-superdink-300i-abs-paysage-urbain-kymco-supe_fi_28295

Esthétiquement, excepté la taille de l’ensemble d’échappement, le modèle de 300 est identique à celui de 125. Dans les deux cylindrés, le SuperDink est un grand scooter  volumineux. Cela ne l’empêche pas de se faufiler dans le trafic, mais ce n’est pas un modèle compact. L’habileté et l’ergonomie, même avec un passager, sont optimales. Le large coffre sous la selle permet de ranger deux casques intégraux. Si son fond avait été plus plat, l’espace aurait pu être mieux exploité. Cependant, sa capacité de chargement est plus que suffisante et la selle est large et confortable. La boite à gants sur le côté gauche est assez  spacieuse et permet de ranger les objets du quotidien (clés, porte-monnaie, téléphone ou lunettes). A l’intérieur de la boite à gants, on trouve une prise de courant très utile. Le couvercle de protection aurait pu être mieux pensé et être plus fonctionnel, mais il est néanmoins hermétique.

L’équipement du SuperDink est très complet, même si certains détails pourraient être améliorés au niveau de l’ergonomie. Le pont qui divise le plancher repose-pieds m’a semblé trop haut et la position la plus haute oblige à plier les jambes. Le pare-brise est un peu bas, il lui manque 5 centimètres. Un frein à main aurait été utile également. La visibilité et l’information du tableau de bord sont parfaites, comme la position des commandes.

kymco-superdink-300i-abs-paysage-urbain-kymco-supe_fi_28300

La partie cycle est à la hauteur de ses performances. Le réglage de la suspension propose un bon compromis entre confort et dureté, et en ville il s’est avéré impeccable. Il est parfois un peu sec sur le revêtement accidenté, car on a préféré privilégier l’aplomb. Dans les virages rapides à vitesse élevée ou sur autoroute, la suspension avant a tendance à se balancer très légèrement, mais rien de bien préoccupant. Il faut souligner que le SuperDink 300 est un scooter aux grandes performances… mais ce n’est pas un scooter sport. Malgré tout, sur un tracé ouvert, avec l’appui de l’excellent moteur, le KYMCO enchaîne les virages avec dynamisme et s’adapte parfaitement à une balade en ville sur des routes sinueuses.

Le freinage m’a semblé bien ajusté : il est plus dosable que puissant. Il n’a pas beaucoup de mordant, mais il transmet bien ce qui se passe sur la roue lorsque l’on serre la came. Il n’apprécie pas les freinages brusques, il préfère les freinages anticipés. Sur l’asphalte mouillé de Barcelone, il a su arrêter l’ensemble avec efficacité sans que l’ABS ne se mette en marche.

Le SuperDink 300i ABS est un scooter très sérieux sur son segment. Il existe certainement des scooters plus sportifs ou qui s’approchent plus du concept classique de « maxi scooter », mais ce KYMCO offre un excellent compromis entre les deux styles.