Piaggio Carnaby 125: De bons arguments

Piaggio Carnaby 125: De bons arguments


La famille nombreuse de Piaggio nous offre une nouvelle alternative de scooter à roue haute, avec une esthétique fraîche et ronde. Le Carnaby rivalisera-t-il avec le tout puissant Honda Scoopy ?


Le groupe Piaggio n’arrête pas de sortir des nouveautés sur le marché. Cette fois il touche un segment avec une grande demande: les scooter à roues hautes. Il est bien connu que le roi incontestable de cette catégorie est le Scoopy, que ce soit dans la cylindrée 125 cc ou 150 cc. Piaggio nous propose désormais le Carnaby, disponible en deux cylindrées, qui vont sûrement rencontrer un grand succès ; d’un coté, nous avons l’indispensable 125 cc -celui qui nous intéresse aujourd’hui-, et de l’autre, le modèle 200 cc, que nous vous présenterons plus tard.

Le Carnaby est né dans une famille nombreuse. Tout en haut, nous trouvons la gamme Beberly, le top de la marque, et en bas, la gamme plus économique nommée Liberty. Notre protagoniste d’aujourd’hui se situe entre les deux, mais il bénéficie du meilleur moteur de la marque, le Leader, à refroidissement liquide, quatre soupapes et 15 cv. La puissance du Carnaby est plus que suffisante et progressive, ce qui permettra de profiter de ses performances en ville mais aussi en périphérie de la ville. Autre avantage de ce nouveau modèle : ses jantes de 16 pouces, qui lui donnent une agilité et un aplomb très supérieurs à une petite roue, et qui facilitent les changements de direction. Le plancher plat permet d’appuyer les pieds et favorise une position de conduite très correcte et confortable, et facilité le transport de colis de taille moyenne.

Sur la partie cycle, nous trouvons des suspensions d’assez bonne qualité. A l’avant on a monté une fourche avec des barres de 35 mm, dont la rigidité offre un bon tact au train avant, même avec un passager. Des amortisseurs réglables en précharge de ressort se chargent du train avant et assurent un bon maintien de nos vertèbres. On a enfin monté un équipement de freins avec un bon compromis : un disque avant et un disque arrière de 260 mm, mordus par des étriers à double piston se chargent sans trop d’effort de stopper les 146 kg du Carnaby. Une grande selle permet de loger un passager avec suffisamment de confort. De plus, le Carnaby bénéficie d’une nouvelle toile anti-brulure, très utile si on laisse la moto garée au soleil durant une longue période. Les repose-pieds du passager se trouvent aussi dans une position correcte et se replient facilement vers l’intérieur, tout en restant dissimulés dans la ligne de la moto. Le passager profite aussi de poignées ergonomiques pour se tenir et d’un espace suffisant pour s’asseoir confortablement.

L’esthétique joue un rôle très important dans le monde des scooters. Le Carnaby suit donc une tendance de traits affilés, mais avec beaucoup de détails arrondis. Le double optique se compose de deux phares multiconvex, qui rejoignent deux optiques plus petits pour les feux de position. Plus haut, on a intégré des clignotants transparents. Sur la partie arrière, on a utilisé un double phare rond, et le tableau de bord suit cette tendance en adoptant également une forme arrondie. Sur les deux grandes sphères, de taille identique, nous trouvons le compteur de vitesse, et les indicateurs de carburant et de température, ainsi que des des voyants lumineux. Juste au dessus nous trouvons une horloge digitale.

De façon générale, le Carnaby nous a donné une assez bonne impression. Nous pensons qu’il est un digne rival du Scoopy, qui devra réagir vite s’il ne veut pas perdre sa première place. Vous pouvez déjà aller chez votre concessionnaire le plus proche pour voir le nouveau Carnaby in situ, et vous le procurer pour 3100 euros.

Eduard Fernández Fotos: Xavier Pladellorens