Piaggio MP3 400 ie: Grande fidélité

Piaggio MP3 400 ie: Grande fidélité

pub-haut

Le curieux Piaggio MP3 a enfin ce que lui manquait : un moteur plus grand capable de déplacer encore mieux son poids et qui nous permet de profiter à fond de sa stabilité et de sa grande habilité dans les virages. L’urbain se transforme aujourd’hui en un routier inédit.

pub-haut

La majorité d’entre vous n’est jamais monté sur un MP3 (les 125 et 250 comptent déjà une saison sur le marché). Je ne l’avais pas fait non plus jusqu’à il y a quelques jours, et je peux vous affirmer que si vous l’essayez (des modèles de test client sont disponibles chez les concessionnaires Piaggio), vous découvrirez deux choses. D’une, que son comportement est beaucoup plus proche de celui d’une moto ou d’un scooter que ce que l’on peut penser. La seconde, c’est que même si à première vue il ressemble à une baignoire sur roues, c’est un véhicule logique, agile, pratique et confortable… et de plus très sûr avec ses deux roues à l’avant. Je me suis permis de faire tout ce qu’il est possible de faire sur un scooter de 400 cc. Tout, excepté prendre peur dans un virage trop rapide, trop lent ou trop (peu) incliné.

Triple roue

Le premier virage sur le MP3 est curieux. Il est prêt à entrer merveilleusement dans la courbe, mais nos réticences sont trop grandes. Heureusement, chaque nouveau virage nous montre que les limites du MP3 ne sont pas celles d’un scooter. Ce Piaggio nous donne plus de liberté dans les virages, et là où les deux roues nous disent qu’il faut se lever, le MP3 reste incliné. Les inclinaisons de cette invention sont dignes d’un Pedrosa. Le Piaggio MP3 400 ie est équipé du moteur Master de Piaggio, un mono-cylindre SOHC 4 soupapes avec 34 CV de puissance et une injection électronique. Je me suis dit que ce moteur était bien adapté pour une escapade sur route et j’ai décidé de le tester sur un parcours de deux heures. J’ai combiné la ville, l’autoroute, la route nationale, et la route départementale.

Le MP3 est adapté à tout, mais c’est en ville et sur route départementale qu’il se comporte comme un poisson dans l’eau. Il aime caracoler en ville, sur une route bien asphaltée et avec des virages qui offrent un grand divertissement. Cette grande agilité est due aux deux roues avant de 12 », qui grâce à un système de bras en aluminium, des suspensions en parallélogramme et des mono amortisseurs, offrent une grande stabilité et une adhérence surprenante dans les virages.

De plus, la stabilité est même supérieure à celle du MP3 250, car la distance entre les axes a augmenté à 65 mm. Enchaîner les voyages est un plaisir: la transition d’un côté à l’autre de l’arrière train est d’une douceur extrême. Ce n’est pas grave si l’une des roues cogne contre une irrégularité de la route, car l’autre roue maintient la trajectoire de l’ensemble. Les amortisseurs des deux roues comptent 85 mm de parcours. Nous notons quelques mouvements lorsque nous devons monter un trottoir ou quand le sol devient trop irrégulier pour les trois roues. Les suspensions du MP3 absorbent bien les petits obstacles, mais on note trop les irrégularités plus marquées. Dans les virages un peu rapides sur un sol en mauvais état, le train avant bouge trop, mais sans rendre la conduite effrayante. Dépassement Le moteur Master, combiné au poids du MP3, n’offre pas un répondant brutal, car il est automatique, mais il est assez vif pour faire confiance au scooter dans certains dépassements. Depuis l’arrêt, l’accélération met deux secondes à répondre avec force, mais ensuite le scooter a des ressources importantes, et il n’est pas rare d’atteindre 80 km/h sans s’en rendre compte.

En ville il se déplace très rapidement, et sur les routes nationales et départementales il pourra dépasser les autres véhicules sans problème, avec une vitesse maximale chronométrée de 145 km/h. Il faut souligner qu’à l’arrêt avec le moteur en marche, le guidon vibre trop, cela devient presque gênant, jusqu’à ce que l’on découvre au feu rouge que l’on peut bloquer les roues avant à la verticale pour ne pas avoir à avancer en soutenant le guidon (le système Roll-Lock s’active grâce à un bouton près de l’accélérateur). Les vibrations disparaissent totalement une fois en marche.

A grande vitesse, la douceur du moteur est hallucinante. Le guidon ne bouge pas d’un pouce. Cela s’explique surtout par le bon design du train avant et par l’efficacité du système à injection. Il peut rouler parfaitement bien à 130 km/h et même un peu plus, mais l’écran et l’avant n’offre pas toute la protection nécessaire face au vent, et on note trop l’impact de l’air. Le seuil de confort se situe à 110/120 km/h. Le MP3 nécessite un écran plus haut (disponible dans les accessoires en option).

Traduit et adapté de SOLOMOTO par Pauline Balluais