Suzuki V-Strom 650 Xpedition: De nouveaux horizons

Suzuki V-Strom 650 Xpedition: De nouveaux horizons

pub-haut

Universellement reconnue pour ses qualités dynamiques, sa facilité de conduite, sa versatilité et sa robustesse, la trail moyenne de Suzuki offre aujourd’hui une nouvelle version mieux préparée pour voyager, avec des performances sur routes améliorées.

pub-haut

Sur presque tous les marchés, la DL 650 a été et est une moto populaire. Elle a presque liquidé sa grande sœur, la DL 1000. Son plus faible poids, son bon moteur et son prix inférieur ont logiquement fait pencher la balance en sa faveur. Cette 650 est identique à la 1000; Suzuki a décidé d’utiliser la même base pour la 650, en changeant seulement le moteur et le système d’échappement. Le reste est pratiquement identique.

Lorsque nous avons essayé la première version, sortie sur le marché début 2004, il était déjà clair qu’on avait utilisé le meilleur de la SV 650 (le moteur), et le meilleur de la DL 1000 (la partie cycle). Tout cela pour un prix d’environ 7500 euros. Une moto XL, pour toute utilisation, aux bonnes performances et à l’esthétique d’une grande moto, à un prix raisonnable. Si on enlève les autocollants de la 650, et qu’on les remplace par ceux de la 1000, personne ne se rendrait compte qu’il s’agit en réalité d’une 650. Six ans plus tard, la formule est toujours pertinente, et c’est pour cela que Suzuki a décidé de lancer une nouvelle version, nommée Xpedition.

Le segment des trails poids moyen est en danger avec l’arrivée des BMW F 650/800 GS (elles aussi bicylindriques et au prix convenable) et de la nouvelle Triumph Tiger 800. Il fallait donc équiper davantage la V-Strom pour affronter ses nouvelles rivales. La solution est venue de Suzuki Grande-Bretagne, qui sur la base de la V-Strom 650 ABS a créé une nouvelle version aventurière en lui ajoutant deux coffres latéraux en aluminium de 82 litres de capacité -45litres à gauche, 37litres à droite-, un couvre carter, des défenses latérales, des protections pour les mains et une arête centrale. Avec ces petits détails, la DL 650 est une autre moto, et elle est mieux préparée pour faire face aux nouveautés. Il faut souligner que la Xpedition est une initiative locale de la Grande-Bretagne -et pas de Suzuki Japon-. Les autres délégations de la marque dans les autres pays ont copié l’initiative et ont aussi lancé la série spéciale XPD, en équipant la V-Strom d’accessoires similaires ou même mieux.

Les coffres en aluminium, de formes carrées, imitent ceux de la BMW R 1200 GS. Ils sont peints en noir satiné et marquent l’esthétique de la moto. Leur ouverture par le haut améliore l’étanchéité et la résistance aux chocs latéraux. Ils sont attachés à la moto avec des ferrures spéciales en acier, au fonctionnement simple, même si deux jeux de clés sont nécessaires, l’un pour ouvrir les coffres et l’autre pour détacher les coffres des ferrures. Un peu fastidieux.

Quant au reste des accessoires, l’arête centrale est extrêmement utile pour réaliser les tâches d’entretien, les défenses latérales sont toujours bienvenues, le déflecteur de la bulle est efficace en marche… Les protections pour les mains sont pratiques lorsqu’il fait froid… De bons détails.

Avec cet équipement, un réservoir de 22 litres, comme sur la V-Strom de série, et une consommation de 6 litres aux 100 environ, elle a une autonomie de plus de 300 km, ce qui en fait une excellente routière. Quant à son comportement dynamique, si l’on roule sur autoroute chargé et avec un passager, il est possible d’atteindre une bonne moyenne, mais en poussant un peu le moteur. A 120 km/h le moteur tourne à 5500 tr/min; avec un maximum de 10000 tours, il reste un bon moteur. En cas de dépassement, il faudra passer la vitesse inférieure pour mieux s’en sortir. Le déflecteur aérodynamique de la bulle – un extra qui n’est pas en série avec la Xpedition- dévie bien le vent, surtout au niveau du cou et du casque, et on note son efficacité lorsqu’on atteint une vitesse respectable. Cependant, les épaules restent découvertes.

Sur routes sinueuses, avec les coffres chargés, il faudra vérifier les inerties, car la moto peine un peu plus à entrer et sortir du virage. Et en ville… les coffres sont trop volumineux.

La V-Strom Xpedition est la meilleure de toutes les DL650, la mieux équipée et préparée pour les longs trajets ou les escapades du week-end. Si lorsqu’elle est chargée et avec un passager elle ne répondra pas avec la splendeur d’une moto de plus de 100 CV, sa bonne partie cycle et son moteur, doux et avec beaucoup de bas régimes, vous offriront une bonne alternative, bien équipée et à un prix accessible.

La nouvelle Xpedition n’est pas une moto disponible dans tous les pays d’Europe. En France, elle n’est pas à la vente, mais qui sait, peut être qu’un jour…

Avec les coffres montés, sa largeur conditionne évidemment beaucoup son utilisation en ville. S’abstenir.

Elle bouge facilement et son moteur est très souple, même si chargée et avec deux personnes, il faut ramer pour le changement de vitesse.

Dans ses coffres on peut ranger ce que l’on veut pour partir en voyage. La position de conduite est bonne mais il manque une bulle plus haute.

Article publié par la revue SOLOMOTO Nº1806 Traduit et adapté par Pauline Balluais