SYM MAXSYM 400 : un maxi compromis

SYM MAXSYM 400 : un maxi compromis

pub-haut

Fini les demi-mesures ! Avec son MaxSym 400i, SYM propose un maxi scooter de haut standing capable d’affronter tous les concurrents du segment. Comme l’indique le jeu de mot de sa dénomination commerciale, ce modèle représente le modèle phare de la marque taïwanaise. Il comprend de nombreux détails… et quelques défauts de jeunesse. Il représente cependant une grande alternative aux références de cette cylindrée.

pub-haut

De belles finitions…

Il s’agit d’un scooter très grand, d’une très grande habitabilité. L’espace face au guidon est ample et permet une totale liberté de mouvements, même pour les conducteurs de petite taille. La position de conduite est détendue et naturelle. La place arrière offre un excellent confort et de l’espace pour le passager. Sa capacité de charge est bonne. A l’avant, nous trouvons deux petites boites à gant latérales et deux autres boites à gants intérieures, qui incluent la prise de courant conventionnelle et un port USB. Des espaces largement suffisants pour y ranger les clés, le téléphone, les lunettes, le porte-monnaie et autres accessoires. On peut ranger deux casques intégraux sous la selle. Le niveau des finitions est excellent. On note que SYM a beaucoup travaillé ces détails. Les plastiques et la peinture sont de bonne qualité. Malgré tout, il existe quelques points à améliorer : le tableau de bord m’a semblé peu lisible et il manque cinq centimètres au pare-brise.

Concernant la partie dynamique, le MaxSym offre une personnalité changeante. En dessous de 4000 tours, le moteur est paresseux et vibre un peu. Il n’apprécie pas les régimes très bas. Il ne présente pas de vides, mais il n’est pas à l’aise non plus. A partir de 4000-4500 tours, il change radicalement et se transforme en un moteur très dynamique et divertissant, qui roule de plus beaucoup plus finement. Malgré cela, ce n’est pas un moteur qui se démarque par son accélération, ni qui cherche automatiquement la zone haute du compteur. Il transmet une grande puissance de façon dosée, et toujours sous le contrôle de la poignée droite. C’est clairement un moteur GT.

Les suspensions sont également caractéristiques d’un GT. Leur réglage représente un bon compromis : elles sont plutôt souples, comme sur la plupart des maxi scooters GT. SYM a compris que les acheteurs potentiels de ce scooter souhaitent se déplacer en ville sur une selle confortable, avec des roues et un moteur puissants, mais qui n’effraie pas par ses performances. C’est justement ce que propose la marque taïwanaise. Malgré sa taille, le MaxSym se faufile bien dans la circulation et il est agile dans les changements de direction. La répartition des poids est très réussie. De plus, on atteint facilement le sol, il transmet une grande confiance dans les manœuvres. Il se déplace bien à l’arrêt et à faible vitesse et le rayon de tour est bon. Le freinage préfère la souplesse à l’efficacité, nous avons cependant beaucoup apprécié sa progressivité et son tact. L’unité de test n’était pas équipée d’un ABS, mais elle transmettait une grande confiance même sur le revêtement mouillé par les fortes pluies de novembre. Autre détail important : le frein de stationnement, toujours très utile.

Présenter le SYM MaxSym 400i comme une véritable alternative au Suzuki Burgman 400, au Yamaha Majesty ou au Honda SilverWing n’est pas une excentricité. Il joue évidemment la carte du bas prix et du niveau de finitions et de confort très compétitif par rapport à ces modèles de référence, même si, en contrepartie, il offre un moteur avec moins de caractère. Pour les conducteurs qui privilégient le confort et la relation qualité/prix, ce maxi scooter peut représenter la bonne option. Il offre de bonnes performances, une bonne habitabilité, une bonne capacité de charge et un de bons équipements. Beaucoup d’arguments, un bon compromis. Un « maxi compromis ».