Triumph Speed Triple 1050: L’icône se modernise 2011

Triumph Speed Triple 1050: L’icône se modernise 2011

pub-haut

Triumph ne fait pas les choses à moitié et quand la marque rénove : elle rénove ! Sa moto emblématique, la Triumph Speed Triple 1050 est aujourd’hui plus moderne, plus belle et présente de meilleures performances.

pub-haut

Apparue en 1994, la Speed Triple a été la moto la plus charismatique et la plus vendue de la nouvelle époque de Triumph. Pendant 16 ans, la Speed Triple a changé 3 fois de cylindrée (855, 955 et 1.050 cm²) mais l’esthétique est restée presque intacte…jusqu’à aujourd’hui. La naked sportive de Triumph s’est toujours caractérisée par sa personnalité que lui confèrent le double optique et le moteur musclé de trois cylindres qui la propulse. Mais le moment était venu de rénover la Speed ; et pas seulement au niveau dynamique. En effet, au niveau esthétique la moto change complètement de look en abandonnant le double optique avant rond pour une forme plus en amande.

De nombreux changements ont été opérés sur la partie cycle en commençant par le cadre, plus compact, qui nous rappelle celui de la Street Triple et de la Daytona. Affinée au niveau des repose-pieds et du point d’union entre la selle et le réservoir, les inclinaisons sont facilitées et nos pieds atteignent le sol beaucoup plus simplement. La position de conduite a été avancée ce qui donne plus d’espace au pilote et lui permet d’adopter une position plus détendue et naturelle. Le bras oscillant se maintient mais est un peu plus long pour une meilleure stabilité. Pour charger plus de poids sur l’avant, la batterie, qui était située sous la selle, se déplace maintenant devant le réservoir. Nous retrouvons aussi le double échappement haut de la Speed mais il pèse maintenant 1,5kg de moins. Le moteur est plus avancé, élevé et incliné vers l’avant. Le changement est plus précis et la puissance augmente de 5 ch ; pour un total de 135 ch et un couple moteur qui dépasse les 11 mkg.

Triumph a convoqué la presse internationale sur le circuit d’Ascari, long et très technique, idéal pour mettre à l’épreuve motos et pilotes, parfait donc pour évaluer les changements de la nouvelle Speed Triple. Rien qu’en montant sur cette naked britannique, nous notons que la moto est totalement nouvelle. La position est très naturelle, les jambes ne sont pas ouvertes, le guidon est plus près du corps et la selle ne nous incline pas trop vers l’avant. Nous allumons le moteur…et en piste! La piste est encore froide et humide et pour le premier tour nous sommes prudents. Petit à petit nous augmentons le rythme et remarquons tout de suite que la naked est plus précise et moins nerveuse. Ces petits mouvements de direction lors des accélérations ou virages rapides ont disparus. La roue avant est beaucoup plus ferme sur l’asphalte et nous transmet une sensation de confiance. Elle a peut être perdu un peu en réactivité dans la prise de virages serrés, mais reste tout de même toujours très agile. Dans le second et troisième tour, les conditions se sont améliorées et nous augmentons le rythme en pensant que les imprécisions arriveraient, mais non ; cette Speed Triple est précise et suit sa trajectoire. Elle n’a pas l’incroyable solidité de la Ducati Streetfighter – une vrai SBK sans carénage- mais est plus agile et facile que celle-ci, spécialement sur route. Le pneu arrière est passé de 180 à 190 mm ce qui fait gagner en stabilité et adhérence.

Durant l’après midi mous avons réalisé une ballade sur une route rapide de montagne. A bon rythme, nous apprécions encore peut être mieux que sur circuit les facilités offertes par la nouvelle Speed Triple, qui nous rappel sa petite sœur, la Speed Triple, mais avec un moteur plus plein et plus puissant. Les freins sont puissants mais pas extraordinaires. Nous aurions peut être aimé un peu plus de mordant initial, surtout en circuit, mais comme il ne s’agit pas d’une moto de piste, il est meilleurs qu’ils ne soient pas trop brusques… La Speed Triple, très attendue, est maintenant réalité. Elle est meilleure sur presque tous les points, et nous parlons d’une moto qui était déjà très bonne. Un futur prometteur sans aucun doute !

Jordi Aymamí desde Ascari (Málaga) Photos: Triumph Traduit et adapté par Gaela Le Janne