Yamaha Majesty 400: sa Majesté

Yamaha Majesty 400: sa Majesté

pub-haut

La marque d’Iwata a revu son modèle Majesty et l’a transformé en un beau maxi scooter. Avec son moteur retouché, son nouveau design frontal et une révision esthétique totale, sa Majesté est prête à défiler… et affronter ses concurrents sur le segment.

pub-haut

Commençons par l’ergonomie du Majesty 400, une caractéristique qui prime sur les autres chez les maxi scooters. La selle est assez basse, elle se situe à 760 mm du sol, et sa largeur est idéale, ce qui le rend accessible aux conducteurs de toute taille.

Le poids est également une variable à prendre en compte dans la maniabilité à l’arrêt ou les freinages forts. Le Majesty pèse 220 kg, 223 kg avec l’ABS, mais ce poids est bien réparti. Il n’existe donc pas de problèmes de déséquilibre.

Sa distance de 1565 mm entre les axes (l’une des plus grandes du segment), son centre de gravité bas et les roues de 13’’ à l’avant et 14’’ à l’arrière lui confèrent une stabilité exceptionnelle… au détriment de la maniabilité. Avec son train avant large, il est difficile de se faufiler dans le trafic matinal.

Il se déplace évidemment avec beaucoup d’agilité, mais l’agilité d’un maxi de 400, très grand et très lourd. Le Majesty est plus adapté aux larges avenues, aux routes et aux voies rapides, qu’aux embouteillages du centre ville.

Je ne sais pas comment définir le Majesty 400 : c’est un maxi scooter presque parfait… mais il lui manque quelque chose.

Lorsque l’on accélère et jusqu’à 2500 tours, il lui manque ce dynamisme nécessaire aux maxi scooters en ville, même si le moteur ne cesse de pousser, mais sans conviction.

Lorsqu’on le fait travailler et monter dans la zone haute du compte-tours, on est alors élancé vers l’avant car la remise de puissance du Majesty est au somment de la courbe, à 6000 tours. Si c’est un vrai désastre dans les bas régimes, il commence à bien fonctionner à partir de 60 km/h.

Dans les virages, le Majesty répond à la perfection. Si l’on appuie sur le frein avant (réglable en distance, un détail appréciable pour être parfaitement à l’aise sur le scooter), il se soulève un peu, à cause de l’inertie, du poids important et de la vitesse élevée… mais rien de préoccupant. Le freinage est très efficace grâce à ses deux disques avant de 267 mm. 

Ce Yamaha n’est pas vraiment fait pour rouler lentement. Il se montre clairement mal à l’aise à faible vitesse, et il implore au conducteur d’accélérer au dessus de 80 km/h. Si l’on dépasse les 80 km/h, le Majesty répond avec dynamisme… mais l’on manque alors d’amortissement. A l’avant, on trouve une fourche conventionnelle de 120 mm et à l’arrière, un système de bascule amorti par des ressorts hélicoïdaux avec un maximum réglé à 104 mm.

Même s’il remplit ses fonctions sans problème, le réglage est trop souple pour ce scooter, il fait flotter le Majesty et ne transmet pas ce qui se passe sur la roue avant.

La capacité de charge du Majesty 400 est de premier niveau. La selle se soulève depuis la serrure de contact, mais uniquement sur la partie avant, celle du conducteur. Dans ce coffre, on peut mettre jusqu’à deux casques intégraux et il reste encore de l’espace entre les deux pour ranger le spectre, la couronne, les gants, l’antivol et autres objets. Face au conducteur, on trouve deux boites à gants, la plus grande est fermée par une serrure. Autre détail remarquable : le frein de stationnement, situé sur la poignée gauche. Il agit sur le frein arrière et permet de stationner le scooter avec la béquille latérale, même en pente.

Il serait injuste de qualifier le Majesty uniquement de maxi scooter. C’est un authentique dévoreur de kilomètres qui bénéficie d’une grande fiabilité et d’un grand confort, d’une bonne protection dynamique, de bonnes performances, d’une bonne capacité de chargement et d’un bon freinage.

Le Majesty en veut toujours plus et exige d’atteindre le sommet idéal de la courbe de puissance, là où il est le plus à l’aise, pour obtenir un comportement de plus en plus dynamique et sportif.

A vitesse maximale, il perd vite en énergie et il n’a plus de parcours au dessus de 140-150 km/h. A cette vitesse, on note l’influence du vent, surtout latéralement, à cause du centre de gravité bas.

Le Majesty est un scooter capable de tout faire, on peut l’utiliser au quotidien ou le week-end. Mais ce qu’il apprécie le plus, c’est le voyage. Le Majesty vous mènera aussi loin que vous le souhaitez.


Traduit par Pauline Balluais