Goes G 125 M: L’argument du prix

Goes G 125 M: L’argument du prix

pub-haut

Le G 125 M n’offre pas du grand luxe, mais il ne manque de rien. Son équipement en série est à la hauteur de la concurrence; de plus son design lui confère des arguments de taille sur ce type de scooters. Le plancher plat et large, associé au crochet porte sacs, facilite le transport d’objets de grande taille. Sous la selle nous ne trouvons pas l’habituel coffre pour le casque, mais seulement un espace pour les papiers du scooter ou des outils, et le réservoir de carburant, d’une capacité de 9 litres.

pub-haut

Pour compenser ce manque, Goes a doté le G 125 M d’une malle postérieure en série qui offre un espace pour loger un casque intégral. Le G 125 M possède également une boite à gants avec fermeture qui occupe presque tout l’espace avant. Sa capacité est excellente, puisqu’elle dispose de deux espaces, très profonds, qui peuvent même recevoir une petite bouteille d’eau.

Le tableau de bord est très simple. Il se compose de trois sphères dans lesquelles on a incorporé, de gauche à droite, un compte-tours, un compteur de vitesse, et un indicateur du niveau de carburant. A côté, on trouve une horloge digitale (très visible), une paire de témoins lumineux, et un voyant de frein, assez surprenant… Autre élément en série remarquable, le petit pare-brise situé au milieu du guidon. Sur route, son efficacité est un peu juste, mais en ville, son milieu naturel, il remplit bien sa fonction en déviant l’air du tronc du conducteur.

La position de conduite est très naturelle, le G 125 M est un scooter de bonnes dimensions. Le plancher est très grand et le guidon, placé à bonne hauteur, ne gêne pas nos genoux en tournant et il maintient les bras en un parfait angle droit. La selle est assez grande pour circuler en duo. De plus, le passager dispose de pédales rabattables en aluminium bien placées et des poignées intégrées sur la grille porte-bagages de bonne ergonomie.

La malle fait office de dossier pour le dos, et on a ajouté un petit appui en mousse qui nous rendra la conduite encore plus confortable. Le rembourrage de la selle, assez dur, est à améliorer. Après des kilomètres il peut s’avérer un peu inconfortable. Le revêtement est un peu glissant, il faudra faire attention – surtout dans les freinages- de ne pas glisser vers le guidon. Par son design et ses performances, le Goes G 125 M est un scooter presque exclusivement urbain. Sa mécanique (monocylindre AT air SOHC 2V) est très docile, il accélère et récupère avec beaucoup de souplesse, et quant à sa vitesse de pointe, nous verrons rarement l’aiguille du compteur dépasser les 100 km/h.

Au contraire, il bénéficie d’une finesse de fonctionnement remarquable et c’est pour cela que le grandes roues de Goes est très à l’aise en ville. Dans le trafic, grâce à son étroite carrosserie et son bon rayon de tour, il compense ses discrètes performances avec une agilité acceptable. Les suspensions (fourche conventionnelle et double amortisseur hydraulique) arrivent en série avec un réglage un peu dur. Son faible parcours et le léger travail des hydrauliques nous obligent à être attentif à l’asphalte pour éviter les ornières profondes. Malgré cela, ces suspensions contribuent de façon importante à la stabilité générale, sans doute l’un de ses principaux arguments dynamiques.

En général, la partie cycle se comporte très correctement ; le moteur ne lui en demande pas trop, ce qui fait qu’il n’y a pas d’inconvénients ni sur les suspensions ni sur le cadre. Pour le freinage, Goes a cru bon d’inclure deux disques avec ses étriers à deux pistons (opposés à l’avant et parallèles à l’arrière). La puissance est un peu juste sur les deux dispositifs, puisqu’ils n’ont pas le mordant espéré, il est donc conseillé de garder une bonne marge de sécurité dans les freinages.

L’excessive dureté des deux cames de frein s’avère un peu gênante. Elles ont un tact presque inexistant et nous oblige à les presser avec toute la main pour extraire le meilleur freinage possible. Comme nous l’avons dit, sa stabilité est sa meilleure arme. Que ce soit à vitesse maximale ou faible, le G 125 M reste ferme, sans problèmes de jantes ni de pneumatiques (de 100/80 x 16 et 120/80 x 16). Les gommes sont des Duro.