Harley-Davidson Dyna Switchback : la citadine de Milwaukee

Harley-Davidson Dyna Switchback : la citadine de Milwaukee

  • Harley Davidson
  • Dyna Switchback
  • Essai
pub-haut

La nouvelle Dyna Switchback peut se transformer en un modèle conceptuellement différent en seulement quelques minutes : il suffit d’installer ou de retirer les mallettes et le pare-brise, à l’aide d’un simple mécanisme à ressort et sans outils. De cette façon, la Switchback passe facilement d’un modèle de Touring (avec ces deux éléments) à une Cruiser légère.

pub-haut

harley-davidson-dyna-switchback-la-citadine-de-mil_fi_23718-2

Ces accessoires se retirent d’ailleurs peut être trop facilement. Il suffit d’un clic pour démonter le pare-brise. Il nous faudra donc être vigilant lorsque nous garons notre Switchback, si l’on veut éviter les vols. Mais soyons honnêtes, nous ne pouvons pas demander à Harley de concevoir des motos en fonction des délinquants et non des utilisateurs… Libérée de ces mallettes et de son pare-brise, sa taille compacte dévoile des qualités de Street-Custom appréciables, qui augmentent la sensation générale de fonctionnalité. Cette grande fonctionnalité est d’ailleurs la carte de visite de ce modèle.

Il faut souligner la présence des jantes en alliage ; esthétiquement, la moto aurait été davantage mise en valeur par des jantes plus classiques (ce n’est que mon avis personnel), mais elles démontrent justement sa polyvalence et une image différente de ses sœurs. Ce membre si spécial de la famille Dyna est vraiment très confortable. Oubliés les échappements de type « banane » ; fonctionnalité oblige, la Switchback est équipée d’un 2 en 1 avec un silencieux droit du style « Dark Custom ». Les freins disposent d’un ABS.

Le cadre Dyna a toujours été le plus léger et le plus maniable de la marque et, grâce à lui, la Switchback est capable d’affronter sans complexes tous les tracés sinueux, quelle que soit leur difficulté. De plus, la moto est très basse, la hauteur de la selle est de seulement 695 mm et elle accueille bien le conducteur. La Switchback est la custom Touring la plus légère de sa cylindré, avec 330 kg. Elle pèse 43 kg, moins qu’une Harley-Davidson Road King. Ces dimensions apportent beaucoup de confiance. Cependant, je dois admettre que je n’ai pas senti, ergonomiquement parlant, de différence par rapport aux autres Harley de ce style. Les Cruiser américaines ont toujours été des motos confortables et avec une bonne stabilité, et cette Dyna offre les mêmes avantages. On n’a fait aucun compromis sur cet aspect, le confort ne se néglige pas. Le guidon « Mini Ape » m’a fait douter au début, mais il a fini par me convaincre au bout de quelques kilomètres, car il permet de garder les bras dans une position élevée naturelle qui ne fatigue pas. Cette Dyna est donc une bonne option pour les conducteurs qui recherchent une alternative plus économique aux Roads, Electras, Heritages et aux autres modèles routiers de la marque.

avatar_1355911354-4 Par: Motofan France Publié le 08/06/2012  

2007-A