Honda SH125i Scoopy 2013 : que demander de plus ?

Honda SH125i Scoopy 2013 : que demander de plus ?

  • Honda
  • Scoopy SH 125i
  • Essai
pub-haut

Le Scoopy, même s’il s’agit d’un modeste scooter de 125, est entré dans la catégorie incontestable de « modèle phare ». La présentation du modèle 2013 dans la ville éternelle  était attendue avec impatience au niveau international, comme s’il s’agissait d’une Superbike. Le nouveau SH125i comprend quelques caractéristiques attendues depuis longtemps par les milliers de fans du modèle : une plus grande capacité de charge, des freins ABS, une béquille latérale et une consommation réduite. Fabriqué dans l’usine italienne de la marque à Atessa, le Scoopy testé à Rome se trouve techniquement à des années lumière de ses concurrents et représente la référence absolue du secteur.

pub-haut

Le moteur avant-gardiste et l’ajout de l’ABS sont les caractéristiques les plus importantes  en termes de sécurité sur le modèle 2013. Mais ce qui attirera avant tout les utilisateurs du nouveau modèle est l’augmentation de sa capacité de charge. C’est l’amélioration la plus réclamée aux ingénieurs de Honda. Le coffre, situé sous la selle, peut accueillir un casque intégral, même sur les modèles plus sportifs dotés d’ailettes et de prises d’air. Le coffre redessiné a entrainé quelques modifications sur le cadre arrière, qui pèse 1 kg de moins, sans augmenter la taille de la carrosserie. La hauteur de la selle a augmenté d’1,5 cm, mais elle est également beaucoup plus étroite, ce qui fait que ce changement est à peine perceptible. La nouvelle partie cycle comprend de nouvelles jantes en aluminium à dix barres (les précédentes comptaient cinq barres). L’amortisseur arrière dispose d’un nouveau réglage de précharge, il est désormais réglable sur cinq positions au lieu de trois.

L’autre point fort du nouveau SH est son système de frein ABS, équipé pour la première fois sur un « grande roue ». Sur les pavés de Rome, humides à cause de la pluie, il s’est montré très intuitif et non brutal. Le système avise de sa mise en fonctionnement par une légère pression sur la roue arrière, pour éviter toutes surprises pour les utilisateurs les moins expérimentés.

Ergonomiquement, les fidèles au SH peuvent rester tranquilles ; ces innovations n’affectent pas les fondements du concept Scoopy. La position de conduite et les sensations aux commandes sont absolument identiques aux précédents SH. Les lignes du modèle présentent quelques détails inédits, mais ils ne modifient pas le design général. La suppression du radiateur frontal a permis d’ajouter deux larges phares verticaux qui représentent le signe d’identité du modèle 2013. Le nouvelle Scoopy se distingue par sa douceur et sa finesse en toutes situations. On a favorisé sa fonctionnalité. On remarque ainsi la présence d’une béquille latérale. On trouve également une minuscule boite à gants dans le plafonnier gauche (conçu pour ranger les cartes de crédit ou quelques pièces de monnaie), et un nouveau tableau de bord analogique et digital de plus grande visibilité.

Il est difficile de trouver des défauts à ce modèle, référence absolue. Personnellement, je n’ai pas aimé les rétroviseurs, que je trouve trop courts… mais cela reste subjectif. Je regrette également le manque de frein à main, de prise de courant et d’éclairage du coffre. Les ingénieurs Kazuhiko Tani et Naoki Ikeda m’ont apporté une explication : pour ajouter un frein de stationnement, il faudrait incorporer un frein tambour supplémentaire dans la roue, ce qui augmenterait le poids et le prix du véhicule. Quant à l’éclairage et la prise de courant, ils n’ont pas été ajoutés peu d’utilisateurs Scoopy.

Le SH125i Scoopy arrivera chez les concessionnaires de la marque en octobre, au prix de 3499 euros. Il sera disponible uniquement en 125 et avec version ABS. Il faudra attendre fin février l’année prochaine pour pouvoir disposer de la version avec freinage combiné CBS (sans système antiblocage). Le prix reste à confirmer. Par: Gonzalo de Martorell Publié le 28/09/2012  

2150-A