Honda VT 750: L’effet Shadow

Honda VT 750: L’effet Shadow

pub-haut

De bonne famille. Les sœurs de la Honda Shadow de 750 CC ont porté ce nom jusqu’à niveaux de popularité très élevés. Selon Honda, la gamme Shadow est exclusive, et a gagné sa réputation sur le marché à la force du poignet. Beaucoup se souvienne de la première Shadow 600, qui est arrivée chez les concessionnaires en marron clair et beige, avec sa transmission par chaîne, une selle basse et des pédales avancées. C’était la petite sœur de la VT 750.

pub-haut

Il faut mentionner aussi la Shadow 125 (produite actuellement à l’usine espagnole de Montesa-Honda), véritable moto d’initiation au custom. Au dessus, on trouve la Shadow 1100 avec ses nombreux styles différents (l’American Classic Edition entre autres), qui est sortie brillamment des comparaisons avec la concurrence, même si elle a dû partager sa place avec des moto de cylindrée supérieure. La VTX 1800 est ensuite apparue, ainsi que la custom V-Twin, plus puissante et fabriquée par Honda. Ce nouveau modèle VT 750 suit fidèlement les pas de ses prédécesseures, comme la Black Widow, qui avec son style très personnel fascine encore aujourd’hui ses propriétaires.

Grands changements

Son moteur est déjà connu. Honda affirme dans son dossier de presse que c’est essentiellement le même que le modèle antérieur. Cependant, nous devons ajouter que nous avons eu l’occasion de tester des moteurs moins modifiés, et qu’on appelait « nouveau moteur ». Un adjectif que l’on pourrait parfaitement employer pour celui de la nouvelle Shadow 750. Si vous ne le croyez pas, continuez à lire cet article. Pour commencer, il semble qu’on l’ait embelli par rapport au moteur précédent, avec de nouveaux bouchons de carters latéraux élargis, et qu’on a amélioré la finition pour plus de confort pour ses propriétaires. Mais les changements importants se cachent dans son alimentation.

Les techniciens de Honda ont omis de monter l’un des deux carburateurs de 34 mm, ce qui fait qu’elle compte désormais un seul carburateur VE 34 avec capteur TPS pour alimenter les deux cylindres. La boite du filtre à air a été modifiée, la centrale d’allumage est nouvelle et compte un double mapping pour mieux choisir les paramètres de fonctionnement du moteur. On a obtenu la même puissance que sur celui avec deux carburateurs, mais avec une consommation moindre. Sur la partie gauche du propulseur, on a remplacé l’axe de sortie du changement par les engrenages qui commandent l’axe du cardan et qui possèdent deux amortisseurs de traction, ce qui donne un tact et un répondant aussi doux que celui d’une chaîne. Il a été nécessaire pour cela de changer les carters principaux du moteur. On en a profité pour concevoir un nouveau vilebrequin, avec des appuis de biellettes et un banc plus robustes et durs. S’agit-il d’un nouveau moteur? Pour baisser la selle, les culasses et les bouchons ont été totalement redessinés et réduit en taille et hauteur, ce qui a permis de baisser de quelques centimètres la position de la colonne principale du châssis, en abaissant la selle et le réservoir. Pour finir avec la partie moteur, le système d’échappement a été adapté aux normes Euro 2, avec une meilleure induction d’air et un catalyseur sur l’unique grand silencieux.

Partie cycle

Pour augmenter son charisme classique, les jantes ont un plus grand rayon, de 17 pouces sur l’avant et de 15 pouces sur l’arrière, et sont équipées de pneumatiques aux dimensions très différentes. L’avant est un 120/90 et l’arrière est un 160/80. Le nouveau cadre est un double berceau complet en tube d’acier, avec un bras oscillant fabriqué dans le même matériau sur le côté droite et l’arbre du cardan sur la gauche. La suspension avant est réalisée à travers une fourche télé-hydraulique, de 41 mm de diamètre et 116 mm de parcours. Elle ne dispose pas de possibilité de réglage.

Sa présence massive est due à un phare chromé qui la recouvre et qui améliore l’esthétique de la partie avant. La suspension arrière a été confiée à deux amortisseurs ajustables en cinq positions de précharge et qui permettent un mouvement du bras oscillant de seulement 90 mm. Grâce au nouveau moteur et au cadre, la selle se situe à 65,8 mm de hauteur, ce qui facilite énormément l’appui sur le sol avec les deux pieds… même pour des conducteurs de 1,60 m. La configuration du freinage se compose d’un disque avant de 296 mm, assisté d’un étrier à deux pistons (et de plaquettes en métal) et un tambour arrière de 180 mm.

Traduit et adapté de SOLOMOTO par Pauline Balluais