Kawasaki Z 1000: la Z musclée

Kawasaki Z 1000: la Z musclée

  • Kawasaki
  • Z 1000
  • Essais
pub-haut

Les Hypersportives ne passent pas par leurs plus beaux jours en termes de vente car elles ont cédé du terrain à leurs sœurs plus dénudées, les nakeds. Notre protagoniste possède un moteur d’authentique sportive, mais grâce à son large guidon et son comportement remarquable à bas régime cette naked musclée se convertit en une moto beaucoup plus maniable.

pub-haut

Un des principaux arguments de cette naked musclée est sans aucun doute son esthétique agressive ; la personnalité de sa partie frontale témoigne de tout ce dont elle est capable. Le double phare Multiconvex fronce les sourcils. Le réservoir est tellement imposant qu’on pourrait penser qu’il pourrait être gênant, mais la position de conduite nous a parue confortable. En revanche, la selle est un peu dure ce qui rendra les longs trajets fatigants. Et c’est encore plus vrai pour le passager qui en plus d’une selle dure se trouvera avec des repose-pieds assez élevés. Un autre détail caractéristique et spécifique à ce modèle sont les jantes polies qui lui donne un air encore plus agressif, une esthétique streetfighter, qui se marie bien avec les autres composants de la moto comme les silencieux par exemple. L’instrumentation se compose d’un grand tachymètre, facile de lecture et d’un écran digital pour nous indiquer la vitesse, la température et l’heure.

Le châssis a changé de façon significative mais a conservé sa structure : épine dorsale tubulaire en acier. L’angle de direction de cette nouvelle Z a été modifié d’un demi degré ce qui l’augmente à 24,5°. Cependant, la moto conserve une grande agilité sur le train avant ; on pourrait même aller jusqu’à dire qu’elle est un peu nerveuse dans les changements de direction rapides. Les sensations en virages sont bonnes, avec un bon appui sur les deux trains ce qui est justifié par la largeur du pneu arrière. La fourche inversée signée Showa offre une grande possibilité de réglages pour ajuster la moto à notre goût.A l’arrière, le bras oscillant en aluminium est accompagné d’un amortisseur réglable qui agit sur un ensemble progressif de biellettes, l’Uni-Trak.

Le moteur de cette super Z a été sujet à diverses modifications afin d’optimiser le fonctionnement de la moto dans les bas et mi-régimes. Le moteur est en effet plus vif dans les plus bas régimes, mais il faudra attendre les 3000 tr/min pour commencer à ressentir le puissant 953 cc. La réponse est convaincante jusqu’à 9000 tr/min, ensuite le moteur continue de monter dans les tours mais ne pousse plus avec le même couple. Pour atteindre ces chiffres et respecter la norme Euro 3, l’injection et les collecteurs d’échappement ont été changés. De plus, ils font désormais partie de l’esthétique de la moto.

Les freins sont signés Nissin, on trouve à l’avant des étriers radiaux qui mordent des disques lobulés de 300 mm et à l’arrière un disque de 250 mm avec étrier d’un piston. Malgré son apparence de moto sportive, elle propose des détails intéressants comme l’option de freinage avec ABS. Vous pouvez l’acquérir chez votre concessionnaire Kawasaki en noir, orange ou bleu marine.

Eduard Fernández Photos: Kawasaki Traduit et adapté par Gaela Le Janne

 

397-A