Honda NC 700 S, la technologie intelligente

Honda NC 700 S, la technologie intelligente

pub-haut

Un vrai délice

pub-haut

J’ai testé l’Integra et la NC 700 X en ville et j’ai apprécié ces deux modèles. Je me suis demandé comment serait la S, la version naked. Plus petite, un peu plus légère, au guidon plus étroit, avec une selle plus basse que sur la X (790 mm contre 830 mm), la NC 700 S promettait d’être la meilleure des trois. Pour cet essai, Honda a organisé un parcours sur les routes sinueuses de la montagne mythique de Montseny, au nord de la province de Barcelone, une route magnifique. Une pluie intermittente nous a malheureusement accompagnés durant toute cette journée.

Le cadre s’est finalement révélé idéal pour dévoiler les atouts de la petite naked. Ce n’était pas le jour idéal pour rouler avec une moto de 100 CV ou plus sur la centaine de kilomètres sinueux que nous avions à parcourir sur l’asphalte mouillé… Et encore moins sans C-ABS… La NC 700 S a donc démarré du bon pied.

Une fois en marche, on remarque que la position de conduite est correcte et confortable, et lorsque l’on s’arrête on met pied à terre facilement (je mesure 1,80 m). De plus, la selle n’est pas trop haute, l’arc des jambes est assez fermé (cette zone est très étroite), les pilotes moins grands n’auront donc aucun problème à s’arrêter. Je dirais même que pour ma taille, la moto était un peu petite…

Nous avons roulé à un bon rythme sur des routes de montagne magnifiques, sous la bruine et entourés du brouillard, des prés verts et des arbres. La souplesse des commandes et son léger ronronnement représentent ses points forts. Dans les virages, elle est terriblement légère à déplacer ; on ne note pas son poids de plus de 215 kilos en marche (à l’arrêt, non plus, car ils sont situés très bas). Dans les chicanes, on peut la balancer d’un côté à l’autre comme s’il s’agissait d’une 250 cc. Le moteur s’est montré d’une extraordinaire souplesse et la remise de couple est exceptionnelle. On a pu ouvrir les gaz sans craindre que ses 47 CV ne nous mettent en danger. Les Bridgestone Battlax 23 ont été très corrects et suffisants. A partir de 2000 rpm, il y a de la force disponible, mais elle se comporte encore mieux à partir de 4000 rpm, à toutes les vitesses. A 6500 rpm le moteur coupe l’allumage, il ne faut donc pas se fier au bruit du moteur pour changer de vitesse.

Au moment de freiner, le simple disque avant avec C-ABS a été plus que suffisant pour stopper la moto. Nous avons accéléré un bon coup, et, même s’il faut serrer fermement la manette, le frein ne perd jamais en efficacité et la manette ne se relâche pas. Le tact de l’ABS n’est pas trop intrusif et il laisse de la marge avant d’entrer en action.

La NC 700 S est une moto simple, sans excès. Son moteur bicylindre de 700 cc a été pensé pour dépenser moins de 4 litres aux 100 km, mais il vous permettra également de vous divertir dans les virages. Je n’aurais pas aimé conduire une Hornet de 100 CV sur l’asphalte mouillé, et je me suis beaucoup diverti avec seulement 47 CV !

Nous sommes rentrés par l’autoroute, où il est peu recommandé de dépasser les 140 km/h, car rappelons que la NC 700 S est une naked. De plus, avec seulement 47 CV, on ne dispose pas de cette puissance de réserve qui permet de faire des dépassements rapides. Voyager ? Si vous le souhaitez, mais je pense que la NC 700 S est plus une moto de ville, capable de faire de courtes escapades le week-end en montagne (on peut parcourir presque 400 km avec un plein).

Par: Motofan France Publié le 24/04/2012