MotoGP Indy : De Puniet et Espargaró s’affronteront pour la tête des CRT

MotoGP Indy : De Puniet et Espargaró s’affronteront pour la tête des CRT

pub-haut

Randy de Puniet et Aleix Espargaró affichent depuis le début de la saison 2012 un bon potentiel et ont pu s’imposer comme leaders des CRT, en se classant très près de machines d’usine.

pub-haut

Le team Power Electronics Aspar a pu ainsi se placer en tête du groupe CRT à huit reprises sur les dix premières courses de la première partie du Championnat du Monde MotoGP.

La trêve estivale étant finie, Randy de Puniet et Aleix Espargaró seront de retour sur leurs ART (Aprilia Racing Technology) ce week-end à Indy, avec pour seul objectif : prendre l’avantage dans la course au titre de premier pilote CRT.

Randy de Puniet :
« Après Laguna Seca, j’ai passé quelques jours au camp d’entraînement de Colin Edwards, au Texas, et nous nous sommes bien amusés. Nous avons roulé en dirt bikes, en motocross, et ensuite j’ai pris quelques jours de repos aux Bahamas avec des amis. Ces vacances ont été l’opportunité de me reposer mais je faisais aussi du sport tous les jours. Maintenant, nous devons nous recentrer sur la course et je suis impatient de remonter sur ma moto. Nous allons continuer avec la même approche et nous espérons avoir un peu plus de chance qu’à Laguna, où je m’étais fait sortir de piste dès le premier virage. Indianapolis ne figure pas parmi mes circuits préférés, c’est une piste piège à cause du revêtement mais notre objectif sera toujours le même, finir en tête des CRT.« 

Aleix Espargaró :
« La trêve arrivait au bon moment pour moi. J’avais besoin de prendre un peu de repos et j’ai passé mes vacances avec ma famille et mes amis, au bord de la mer. J’ai aussi continué à m’entraîner quotidiennement pour être sûr d’être en pleine forme pour Indianapolis. Le Championnat est long et difficile. La première partie de la saison s’est plutôt bien passée mais nous devons continuer à travailler dur. Mon coéquipier est mon rival le plus fort, nous sommes actuellement à égalité et nous ne pouvons pas nous permettre de nous relâcher parce que chaque course sera une dure bataille. J’aime bien Indianapolis. J’avais eu du mal en Moto2 l’an dernier, parce que ça glissait beaucoup, mais c’est une piste un peu à part, j’aime surtout la ligne droite parce qu’on passe sur une partie du célèbre ovale.«