Nous avons testé les Harley Davidson Softail Slim et Sportster Seventy-Two

Nous avons testé les Harley Davidson Softail Slim et Sportster Seventy-Two

pub-haut

Les deux motos que nous a présentées Harley sont des motos de cinémas. L’une rappelle les années cinquante et l’autre les années soixante-dix. Les deux sont des custom authentiques, par leur philosophie et leur style. L’une est une Softail bobber et l’autre est une Sportster chopper.

pub-haut

Softail Slim

La Softail Slim est, selon Harley, la réduction d’une moto à son essence la plus pure. Cette réduction a été réalisée de différentes manières, en raccourcissant les garde-boues pour les rendre presque minimalistes, et en équipant un pneumatique arrière de très petite section, plus étroit qu’à  l’avant.

La Slim est une bobber, un type de moto qui a eu beaucoup de succès dans les années cinquante aux Etats-Unis. Elles étaient commercialisées avec le juste minimum- ou leurs propriétaires les préparaient jusqu’à obtenir une allure minimaliste. Elles étaient très basses, avec une selle située à 650 mm du sol, et le moteur était le composant principal de ces motos.

La Slim est équipée du Twin Cam 103B (1688 cm3), qui déclare 13,5 kgm de couple à 3 250 tr/min. Le B final montre que ce moteur possède un axe de balancier qui diminue les vibrations, puisque les Softail sont ancrées au cadre sans silentblocks pour filtrer les vibrations.

Les deux principaux composants de la Slim sont le moteur et le train avant, qui apportent une image de solidité. La fourche comprend des barres de 41 mm de diamètre et le pneumatique avant est un MT90B16 72H ; le train avant est ainsi plus large que l’arrière (MU85B16 77H). La jante est de 16 pouces sur les deux trains, ce qui facilite la conduite.

Ce moteur pousse efficacement depuis les bas régimes, le répondant de la poignée de gaz est constant sur tout le régime de tours. Grâce à l’axe de balancier, il travaille avec une grande souplesse.

La Softail Slim se démarque par sa qualité de conduite. Avec des planchers au lieu des pédales, et un changement de vitesses de type pointe-talon, les pieds sont avancés et les bras sont légèrement étirés. La selle est de grande taille, elle est très accueillante et confortable, avec un rembourrage adapté. La Slim est monoplace, mais il est possible de la transformer en biplace.

Sur route, ce n’est pas une moto très légère, puisqu’elle dépasse les 300 kg. Néanmoins, grâce aux mesures de ses jantes et de ses pneumatiques et à son centre de gravité bas, la Slim se déplace avec une grande aisance d’un côté à l’autre.

Les suspensions sont assez fermes et sont capables de bien se comporter en montagne, ce qui n’est pas le cas des performances de son moteur.

La Softail Slim est commercialisée avec un système de freinage ABS, qui n’est pas visible sur la moto.

La Softail Slim, qui fait partie de la moyenne gamme de la marque, n’affiche pas un prix exorbitant. Elle n’est cependant pas accessible à tous. La version noire mate est au prix de 20 150 euros, alors que la noire et la rouge (couleurs métallisées) coutent 20 500 euros.

Sportster Seventy-Two

Pour Harley-Davidson, la Sportster Seventy-Two est une moto de rêve, peinte en Metal Flake. C’est une moto postérieure à la Softail Slim. Même si elle s’inscrit dans le contexte des années cinquante, la Seventy-Two (72) fait un clin d’œil à l’époque des seventies.

Son guidon est de type apehanger, mais il n’est pas exagérément élevé. Les bras ne sont pas excessivement collés. La position de conduite est naturelle, le guidon est rapproché de la selle et ne nous oblige pas à adopter des postures forcées. Avec son rembourrage et ses dimensions, la selle peut provoquer certaines gênes au bout d’un certain nombre de kilomètres.

La Seventy-Two est aussi une moto minimaliste, avec un réservoir totalement seventies de seulement 7,9 litres. Elle possède néanmoins tout ce qu’il faut pour être une moto extraordinairement attractive. Sur route, la Seventy-Two nous a transmis des sensations très positives, son dynamisme et sa maniabilité la rendent même divertissante. Elle n’a pas le moteur de la Softail Slim. Cette Sportster est équipée du fameux Evolution de 1 202 cm3 et 9,8 kgm de couple à 3 500 tr/min. Il ne fonctionne pas avec la même douceur que le Twin Cam 103B, mais cela fait partie de l’essence et du caractère des Sportster 1200.

La Seventy-Two est une chopper, des motos équipées d’un guidon élevé et d’un lancement de fourche surdimensionné. Celui de cette Sportster n’est pas exagéré, mais il reste considérable. Comme pour la Slim, ses garde-boues ont également été raccourcis.

La Sportster Seventy-Two, un peu plus basique, coûte 11 750 euros en noir et 12 100 euros pour la Hard Candy Big Red Flake, une peinture très élaborée.

Ces deux modèles se fonderaient parfaitement dans le décor d’un road movie, et elles méritent un grand respect.