Triumph Rocket III Classic: Une fusée touristique

Triumph Rocket III Classic: Une fusée touristique

  • Triumph
  • Rocket III Classic
  • Essais
pub-haut

Il y a deux ans, lors de sa présentation, la Rocket III m’a semblé être une moto audacieuse, très britannique, et sans aucun doute, une Triumph, avec son moteur à trois cylindres et 2294 cc, sans carénage et avec sa partie avant surmontée de deux phares de style Speed Triple. Aujourd’hui, la Rocket originale s’est développée pour créer cette touring cruiser de style nord-américain, avec des écrans pare-brises, des planchers repose-pieds, un dossier ‘sissy bar’, des mallettes en forme de sacoches et des poignées chromées. Le cœur de la Rocket III Classic est celui d’une typique moto de Hinckley. Mécaniquement, le moteur et le cadre n’ont pas changé. Le nouveau modèle est une Rocket III standard, équipée de quelques accessoires du catalogue de Triumph. En fait, ce nouveau modèle a un air de touring, mais la Rocket III Classic est trompeuse d’une certaine façon. Cette moto est évidemment une Classic, la nouvelle arrivée du catalogue 2006 de Triumph, mais beaucoup de ses composants sont nouveaux, comme le pare-brise ou les sacoches. Le catalogue 2006 inclut aussi une autre nouvelle moto, la Rocket III Special Edition, qui est une Rocket standard avec une peinture décorée de motifs tribaux. La Rocket Classic se montre aussi agréable à conduire que la Rocket standard. Cette énorme et somptueuse moto vous séduit aussitôt à ses commandes. Elle est très agréable pour le pilote et aussi très rapide. Le moteur, grand et paresseux, lui donne un caractère typique d’un trois cylindres et produit des sensations inégalables sur route. Cet énorme moteur de 2,3 litres et 140 chevaux reste le plus grand du marché des motos. Il est complété par un couple maximum de 200 Nm à seulement 2500tr/min, mais la Triumph reste docile et douce malgré tout. Même si ces extra s’ajoutent aux 320 kg de poids de la Rocket standard, la Classic est suffisamment longue, basse et bien dessinée pour se laisser conduire de façon toujours très détendue. Sa selle est d’une grande aide, puisqu’elle place le conducteur à seulement 740 mm du sol, ce qui fait que presque tous les utilisateurs pourront poser les deux pieds sur le sol sans aucun problème. Le vilebrequin longitudinal et bas de ce moteur à cardan et les épais Metzeler Marathon contribuent aussi à sa maniabilité à faible vitesse. Depuis la selle, elle ressemble à un engin un peu intimidant lorsque l’on regarde par dessus le large réservoir de 24 litres qui se dresse devant nous, mais l’énergique remise de puissance de ce moteur à injection de 12 soupapes permet à la Classic d’avancer doucement et sans faute, même lorsque le compte-tours marque à peine 1000 rpm… et il y a plus de 30 CV de puissance disponible et sa finesse de fonctionnement est totale. A haut régime, le moteur a suffisamment de performances pour lancer la Rocket vers l’avant comme une flèche, même si comme la moto standard, elle n’accélère pas avec la violence suggérée par sa fiche technique… Ceci est en partie dû au fait que la puissance est électroniquement limitée sur les vitesses courtes. 90% du couple maximum est atteint entre 2000 et 6000 tr/min, où l’on obtient la puissance maximale.Cela signifie qu’il n’est pas vraiment nécessaire d’utiliser la boite de changement à cinq vitesses, qui est assez correcte. J’ai seulement engagé la cinquième et j’ai ouvert les gaz. La moto s’est élancée comme une fusée et l’épais Metzeler arrière de 240 de section a dû travailler dur pour maintenir la traction. A un nombre de tours élevé, vers 5000 tours, on ressent un léger fourmillement à travers le plancher repose-pieds, mais ce n’est pas gênant. La Triumph est très agréable à conduire et à faire monter de 110 km/h jusqu’à 160 km/h. A cette vitesse c’est une moto tranquille avec de grandes performances à portée de main et elle atteint les 210 km/h quand vous le souhaitez. Sa vitesse maximale est limitée électroniquement à 225 km/h. Mis à part mes mains gelées, la moto est assez confortable, et je m’imagine facilement parcourir des centaines de kilomètres sans aucune fatigue physique.

pub-haut

La selle échelonnée est agréable, et supporte bien le dos, et le passager sera lui aussi très confortablement installé grâce au dossier sissy bar. Les sacoches, faciles à enlever et à remettre, sont assez grandes et très élégantes. Grâce à tout cela, la Classic est une moto préparée à recevoir un passager et un équipement, et elle est adaptée pour de longs voyages.

1436-A