Victory Vegas 8 Ball: Tout en noir

Victory Vegas 8 Ball: Tout en noir

pub-haut

Nous devons commencer l’explication en précisant avant toute chose que la moto de ces pages est une Vegas 8 Ball modifiée. L’originale n’est pas équipée de ces échappements (les siens sont des doubles tubes chromées, mais superposées et parallèles à l’asphalte), ni de la selle du passager. Ces deux éléments sont des accessoires proposés par la marque pour personnaliser la moto. Il convient de dire cependant que sans ces éléments, c’est aussi une moto très attractive. Monoplace, il est vrai, mais séduisante. De plus, les amateurs du monde des cruisers sont habitués à profiter de leur monture en solitaire. La Victory Vegas 8 Ball est une cruiser avec une grande longueur entre les axes – 1684 mm-, mais grâce à des géométries modérées (32,9° et 126 mm de parcours), à un faible rayon de tour et à une selle basse, à seulement 640 mm du sol, c’est un modèle relativement maniable. Il s’avère juste un peu difficile de la déplacer vers l’arrière, à cause de son poids de presque 300 kg, mais sinon elle se montre maniable entre les voitures, et une fois la première vitesse engagée, elle est agile et passe presque partout. La seule chose que nous pouvons lui reprocher est que dans les virages plus ou moins fermés, il faut ouvrir sa direction un peu trop; ce n’est pas un scooter. Il faut savoir que sa jante est de 21 pouces, l’un des plus grands diamètres du marché et les moins appropriés pour une utilisation urbaine. Si en ville elle se débrouille plutôt bien, sur routes ouvertes c’est encore mieux. Nous avons constaté qu’elle est stable et équilibrée sur l’asphalte. Et pas seulement dans les freinages, mais aussi dans les séries de virages, indépendamment de la vitesse à laquelle nous roulons, que ce soit sur route de montagne ou sur une voie rapide. Dans les virages plus fermés, nous aurions aimé que les pédales soit un peu plus élevées, car elles frôlent l’asphalte dès que nous nous inclinons. Cela ne représente pas de problème majeur, car elles sont articulées et la stabilité de l’ensemble n’est pas menacée, mais cela s’avère un peu gênant à cause des vibrations qu’elles transmettent aux pieds et à cause du bruit strident produit par le frottement. La place des pédales limitent donc son étonnante et très exploitable facette sportive. Comme en ville, c’est sur route que nous constatons que la Vegas est une custom très agile. La déplacer d’un coté à un autre entre les virages est très facile grâce à ses géométries et les dimensions de son guidon, qui est large sans être excessif et en fait une moto très maniable. Et surtout étonnamment contrôlable. Elle nous a surpris aussi par sa rapidité et son intuition. Il est difficile de la diriger vers l’intérieur du virage, elle n’a donc pas tendance à perdre sa trajectoire. Et tout cela malgré son poids et ses dimensions généreuses. Chapeau pour la marque qui l’a vraiment bien conçue!

pub-haut

Traduit et adapté de SOLOMOTO par Pauline Balluais