Vespa GTS 300 i.e. Super: Super Vespa 2008

Vespa GTS 300 i.e. Super: Super Vespa 2008

pub-haut

La Vespa GTS augmente sa cylindrée pour devenir la plus grande jamais créée, même si pour l’instant elle ne remplacera pas l’actuel deux et demi. La nouvelle arrivée bénéficie d’un style plus sportif et de meilleures performances, grâce aux centimètres cubes supplémentaires que cache son nouveau moteur Quasar.

pub-haut

La nouvelle GTS 300 est la vespa la plus grande jamais fabriquée. Le nouveau moteur de 278 c.c. apporte un meilleur couple dès les premiers mètres, et cela se note. L’objectif de cette augmentation de cylindrée est d’améliorer la capacité d’accélération. Avec une image très attractive, et un comportement dynamique, il sera difficile de trouver des défauts à la Vespa Super.

C’est une Vespa conçue pour circuler en ville. Son agilité, sa capacité de manœuvre et le répondant du moteur sont presque imbattables. De plus, la Vespa 300 se défend aussi sur route, grâce à sa partie cycle et à son moteur. Elle gagnerait en confiance si ses jantes disposaient d’un plus grand diamètre.

Il semble que l’idée de Honda de lancer un scooter avec un moteur de 300 cc (le SH 300i) a inondé le marché, et nombreuses sont les marques qui se lancent dans le moyen-haut de gamme et concurrencent directement en nombre de cylindrée la super vente de Honda ; à tel point qu’on parle déjà d’un nouveau segment.

Piaggio, en ajoutant à son moteur Quasar quelques centimètres cubes de plus, a un double objectif : celui de réaliser de nouvelles performances face à la concurrence de deux et demi, et celui de profiter de l’ouverture du segment pour se positionner en première ligne chez les utilisateurs qui cherchent un peu plus de répondant à la poignée de vitesse.

Le premier modèle choisi pour profiter des capacités de ce récent propulseur est la Vespa GTS et même si on pourrait l’appeler Vespa XXL, car c’est la plus grande jamais fabriquée, on a gardé le nom de GTS, suivi de 300 Super. Les différences esthétiques entre la fameuse deux et demi et l’actuelle 300 Super ne sont pas énormes, car on a préféré garder l’esprit Vespa initié pour la première version Grand tourisme.

Toutes les modifications ont été étudiées pour projeter une image plus jeune et plus sportive, sans répercuter négativement ces modifications sur le prix final. Les changements les plus significatifs se trouvent dans la nouvelle décoration des jantes, désormais noires ; sur l’amortisseur du mono bras avant, peint en rouge foncé ; sur les couleurs de la carrosserie, seulement disponible en blanc ou noir ; et dans le remplacement du porte-bagage par une simple anse métallique, de style des versions S.

Autres éléments plus subtiles: le liseré blanc du contour de la selle, qui a gardé sa forme, l’enjoliveur du garde-boue avant et la grille du frontal, qui adopte le design des Vespa S. Elle a adopté le tableau de bord de la version 125, et perd ainsi le grand écran LCD disponible sur le modèle de 250 cc ; c’est le prix à payer pour rester à un prix final de 4500 euros.

Le nouveau Quasar 300 garde une architecture interne identique à celle des 250 : monocylindre, Lc, SOHC 4V et alimentation par injection électronique. Pour le rendre plus efficient on a seulement modifié le diamètre de parcours, qui augmente de 3 mm par cote jusqu’à atteindre 75 x 63mm, ce qui se traduit par une cylindrée exacte de 278 cc.

Cette augmentation de cylindrée a pour objectif d’augmenter le rendement de la partie basse du compte-tours. On a gagné en couple moteur (plus de 20%) et la transmission automatique est la même que celle du deux et demi, c’est pourquoi la force initiale est supérieure (meilleures accélérations) et les trajectoires avec passager ne sont pas pénalisées. Cette caractéristique, en plus du fait que le moteur travaille plus à faible tours, fait partie des améliorations apportées par la nouvelle cylindré, car en puissance on gagne à peine un cheval.

Même si cette cylindrée peut faire penser à un parfait compagnon de voyage, l’absence d’écran pour protéger du vent montre que cette Vespa préfère les rues de la ville aux longs trajets sur autoroute ou route. Cependant, sortir de la ville ne sera pas un problème pour la Vespa Super, car les performances de son moteur sont capables de nous emmener au delà des 140 km/h sans problèmes, avec des dépassements sur route au dessus des 100 km/h avec une grande marge de sécurité.

La Vespa a plus de protection aérodynamique qu’une autre moto naked qui nous emmène au dessus des 200 km/h. La partie cycle ne change pas, puisqu’on a gardé le caractéristique cadre autoportant qui donne tant de solidité à l’ensemble. Parmi les autres composants on pourrait juste améliorer la fourche avant, car elle conserve son mono bras de toujours.

Non pas qu’il ait un mauvais comportement, mais sur ce scooter aux jantes de 12 » on note une certaine imprécision à grande vitesse, ce qui pourrait être amélioré avec une fourche bien ajustée ou des jantes de plus grand diamètre. Il faut reconnaître que sur la nouvelle Vespa GTS 300 Super on se sent à l’aise et on a la sensation de conduire un scooter de qualité, sur lequel les freins répondent à la perfection (sans aucune assistance) et les amortisseurs réussissent un compromis entre commodité et efficacité.

La bonne qualité des pneumatiques (Pirelli GTD 23 et 24) joue sûrement un rôle dans le bon répondant des freins et la grande stabilité du scooter dans les virages lents.

Jordi Mondelo Photos: Xavier Pladellorens y Santi Díaz Traduit et adapté par pauline Balluais