Yamaha EC-03 : changez votre vision des choses

Yamaha EC-03 : changez votre vision des choses


Vous en avez assez des mauvaises odeurs et de la saleté ? De dépenser la moitié de votre salaire dans le carburant ? Vous vous sentez concernés par les questions environnementales ? N’hésitez plus, changez vos habitudes et optez pour le nouvel EC-03. Il vous surprendra.


Expression minimale

A première vue, le EC-03 rappelle ces minuscules cyclomoteurs pouvant accueillir une seule personne, comme le Yamaha Yamy ou la Mobylette Cady des années 80. Il partage en effet leur légèreté (il pèse à peine 56 kg), leur design compact (1080 mm de distance entre les axes et seulement 60 cm de large) et ils ont la maniabilité d’une trottinette, en plus d’une excellente qualité de fabrication et d’une image très sympathique. C’est l’expression minimale d’un scooter. Il n’offre qu’un équipement rudimentaire : un écran digital en guise de tableau de bord, un petit phare Multiconvex/halogène et un crochet de maintien pour le chargement.

La partie cycle n’est pas beaucoup plus sophistiquée. Pour les suspensions, on a misé sur une fourche conventionnelle de 22,5/50 mm à l’avant et un amortisseur de 55 mm à l’arrière. Les freins sont quant à eux composés de deux tambours mono came de 95 et 150 mm qui remplissent parfaitement bien leur rôle.

La clé

L’extrême simplicité de son équipement peut décevoir, mais c’est justement cette simplicité qui le rend si fonctionnel et lui permet de profiter au quotidien de performances proches de celles d’un cyclomoteur conventionnel. Ses créateurs ont particulièrement travaillé sur son poids et la faible surface de contact de ses étroits pneumatiques de 60/100-12. En effet, moins il y a de poids à déplacer, moins la batterie consommera en énergie, et plus le scooter gagnera en performances et surtout, en autonomie.

Le moteur de 1,4 kW -placé sur la roue arrière- se rapproche des performances d’un scooter de 50 cc avec moteur de cycle à 4T. Il faut savoir qu’il bénéficie de deux types de remise de puissance : Standard et Power. Cependant, seule la seconde permet des déplacements aisés dans une grande ville.

Comme tout bon véhicule électrique, son accélération est douce. La poignée de gaz est très précise et bénéficie d’une progressivité parfaitement exploitable qui lui permet de circuler à n’importe quelle vitesse, sans saccades ni imprécisions. Même si ce n’est pas la première fois que nous testons un scooter électrique, nous avons été surpris par son extrême douceur, son absence de bruit, de fumée et de saleté. Ces caractéristiques évidentes pour un scooter électrique représente son réel leitmotiv.

Son rendement

La vitesse qu’il est capable d’atteindre est conforme à la réglementation. Sur du plat, il atteint facilement les 45 km/h, et presque 50 km/h si nous forçons un peu plus le rythme, même si l’autonomie de la batterie lithium-ion s’en trouvera réduite. Si on le conduit comme un scooter conventionnel, c’est-à-dire sans ménagements et à fond la majorité du temps, il dépassera rarement les 30 km/h sur terrain plat… Pour le recharger, une prise de courant suffit. Il faut compter sept heures pour une recharge complète.

Ce n’est pas un scooter conventionnel -il n’est pas disponible chez les concessionnaires, il faut contacter directement l’usine de production. Yamaha le sait, et c’est pourquoi la marque n’a pas planifié son futur comme celui des autres modèles de la gamme. Malgré son prix de 2400 euros, le EC-03 est davantage une alternative à un scooter traditionnel, qu’un produit de substitution. Pour le dire d’une autre manière, c’est un moyen de transport absolument parfait pour des déplacements courts, et qui peut être transporter très facilement; dans un bateau, une caravane et même dans le coffre de certaines voitures.