BMW G 650 GS Sertao : une liberté inconditionnelle

BMW G 650 GS Sertao : une liberté inconditionnelle

pub-haut

Complète

pub-haut

Adapter la Sertao pour améliorer son comportement sur off road et, par conséquent, élargir ses horizons a donné une moto plus complète que la version standard de la G 650 GS. Les suspensions ont gagné en parcours, qui est désormais de 210 mm. Les barres de la fourche ont un diamètre de 41 mm et l’amortisseur arrière peut être régler en hauteur. Les roues sont équipées de jantes à rayons croisés, et à l’avant on a choisi une jante de 21 » qui lui permet de travailler en toute sécurité sur les chemins et les pistes. Le bas du moteur est équipé d’un couvre carter qui le protège des possibles impacts ; on compte également un couvre-main et des protections, la bulle est un peu plus haute et on a gagné en protection. Le garde-boue avant est plus enveloppant et dispose d’une grille porte-bagage équipée d’un couvercle amovible à clé, qui donne accès à un espace où l’on peut ranger un antivol pour le disque de frein.

La Sertao possède une décoration spéciale qui la démarque de la G 650 standard, mais les grandes différences se remarquent surtout au niveau du comportement : le plus grand parcours des suspensions lui permet d’être plus efficace dans une utilisation off road.

Polyvalente

Malgré la hauteur de la selle, la Sertao est une bonne citadine grâce à la douceur de son moteur, à son changement de vitesse et surtout à son embrayage – très souple même s’il fonctionne par câble. Comme la G 650 GS, elle a tendance à tousser un peu dans les récupérations avec une vitesse longue et à partir de 2500 tr/min environ, mais on s’y habitue vite. C’est une moto d’à peine 50 CV de puissance à environ 6500 tr/min, et elle a ses limites. La béquille centrale pourrait être améliorée car elle place la moto dans une position trop inclinée.

A environ 5000 tr/min sur route ouverte ou sur autoroute, le monocylindre de BMW transmet quelques vibrations qui se notent surtout dans la selle. Celle-ci peut être de deux hauteurs : 860 ou 900 mm. Dans les deux cas, la Sertao s’avère être un peu haute à cause du réservoir de carburant de 14 litres placé sous la selle, et le rembourrage de la selle est un peu juste.

La grille porte-bagage est appréciable et possède de bons crochets qui permettent d’attacher les objets. On peut de plus ajouter des mallettes latérales proposées en option par BMW. La protection au niveau du casque est bonne et l’écran n’est pas réglable, mais les épaules sont mal protégées, ce qui est normal étant donné qu’il s’agit d’une moto préparée pour les pistes ou les chemins, et non d’une GT…

Sur autoroute, on peut maintenir une moyenne de 130 km/h sans problème. Son autonomie peut dépasser les 350 km en fonction de notre rythme.

Sur routes sinueuses, elle est agile et divertissante, mais il faut s’habituer au long parcours de la fourche car la partie avant de la Sertao s’abaisse dans les freinages… L’unique disque avant m’a semblé un peu juste et il manquait de puissance, surtout avec une conduite agressive. Il a cependant fait preuve d’une bonne progressivité, appréciable lorsque l’on roule sur une piste.

Le monocylindre a une puissance limitée. Si nous recherchons une conduite dynamique ou sportive, il faut l’exploiter dans la zone haute du compte-tours. L’ABS peut facilement se déconnecter : lorsque le moteur est en marche et au point mort, il suffit d’appuyer quelques secondes sur l’interrupteur et un témoin lumineux confirmera qu’il est hors service, ce qui est recommandé pour une utilisation off road.

Off-road

Les suspensions de la Sertao sont spécialement préparées pour circuler sur les pistes et les chemins, et c’est sans doute le meilleur argument de cette moto.

En plus de déconnecter l’ABS, il est conseillé de retirer les gommes des pédales, sinon les bottes glisseront sur les pédales, surtout après avoir traversé un ruisseau.

La position de conduite naturelle de la Sertao est assez confortable. Si vous préférez conduire debout et que vous le faites souvent, nous vous recommandons d’avancer un peu la position du guidon. L’emplacement du réservoir de carburant sous la selle a des avantages car il apporte un meilleur centre de gravité, mais cela oblige à ouvrir les jambes si l’on conduit debout, et les pieds ne sont pas bien installés sur les pédales (assez petites). Les suspensions transmettent une grande confiance et, sur off road, la combinaison de la fourche et de la roue de 21 » marquent la différence avec les autres trails du marché ; elles permettent à la petite GS de se déplacer avec aisance sur tous les terrains et de surmonter les obstacles en toute sécurité.

Le moteur est limité et il faut l’exploiter à fond pour obtenir un bon rendement de ses faibles 48 CV de puissance. La douceur de son embrayage en fait une moto facile à utiliser, avec un poids propre à une trail (environ 200 kg), ce qui ouvre les portes à ceux qui souhaitent laisser l’asphalte de coté et rechercher de nouvelles sensations sur des terrains plus glissants…

La Sertao est donc une moto polyvalente et divertissante, et son prix est raisonnable. Avec une consommation inférieure à 5 litres, c’est une bonne option qui permet de se sentir un peu plus libre…

Par: Motofan France 21/02/2012