Le contrôle technique mobilise les motards français

Le contrôle technique mobilise les motards français

  • News
  • Le contrôle technique mobilise les motards français
pub-haut

FFMC mobilisées le-controle-technique-mobilise-les-motards-francai_hd_27505

pub-haut

La proposition dénoncée lors de ces rassemblements, était la réglementation européenne pour le contrôle technique, obligeant les deux-roues à effectuer un contrôle technique tous les quatre ans, puis deux et enfin annuel six ans après la mise en service du véhicule.

Ce projet adopté en juillet par le collège des commissaires, doit désormais l’être par les ministres de l’Union et le Parlement européen.

Des rencontres entre les motards et les députés européens de chacune des circonscriptions sont prévues pour inciter les votes réfractaires des députés à cette proposition. 

Les motards sont déjà soumis au contrôle technique dans seize pays de l’Union européenne. La Commission propose qu’un premier contrôle intervienne quatre ans après la mise en service du véhicule, un deuxième deux ans plus tard, puis tous les ans. Elle entend ainsi « réduire de moitié le nombre de victimes de la route d’ici à 2020« , mais aussi « diminuer les émissions associées au mauvais entretien des véhicules« .

 « Les contrôles techniques ne sont pas gage de sécurité. Les accidents dus aux mécanisations ne sont en réalité que de 0,7 % », déclare Denis Chaimbault, responsable de la FFMC 44.

Une analyse que partage l’accidentologue Claude Got : « Ce qui fait la différence, c’est l’amélioration technique des véhicules neufs« , alors que « le contrôle technique n’a pas prouvé son efficacité », dit-il. 

Claude Got confirme que les problèmes techniques ne représentent qu’un faible « pourcentage de la mortalité » : ils concernent principalement l’éclatement des pneus et la rupture de la galette de direction.

L’accidentologue estime qu’il ne faudrait appliquer cette réforme que dans les cas de vente d’un véhicule.

Manifestations dans les grandes et moyennes villes de France, des distributions de tracts, des rassemblements de protestations, les actions étaient nombreuse pour se mobiliser contre cette réforme, le 22 septembre.

Par: Alicia Agrelo

Web editor

Publié le 25/09/2012  

9908-N