Nous avons essayé la 1199 Panigale à Abu Dhabi

Nous avons essayé la 1199 Panigale à Abu Dhabi

pub-haut

La nouvelle SBK de Ducati était très attendue. Nous avons enfin pu vérifier que les italiens n’exagéraient pas en promettant une moto puissante, légère et très facile à piloter grâce à sa technologie.

pub-haut

Nous sommes rentrés d’Abu Dhabi avec le sourire jusqu’aux oreilles après avoir essayé la 1199 Panigale. Pour commencer, la piste était spectaculaire, il s’agissait du circuit de Yatch Marina, conçu par Hermann Tilke pour célébrer GP de F1 dans un environnement luxueux. La Panigale est équipée du moteur bicylindre le plus puissant de série (195 CV à 10 750 tr/min), et le moteur lui-même prend les fonctions du châssis en supportant le bras oscillant et un petit monocasque d’aluminium, pièce qui est à la fois la direction et l’airbox de la moto. Tout l’ensemble est extrêmement léger et compact et une fois sur la moto il n’y a plus de doute sur la véracité du poids annoncé.

Le circuit est composé de lignes droites et courbes rapides, ainsi que de nombreux virages plus lents. Dès le début nous nous sommes rendus compte qu’il est facile d’enchainer les virages sans beaucoup d’effort. En sortant d’un virage lent et en relevant la moto pour poursuivre sur une ligne droite, la sensation d’accélération est similaire à celle des sportives tetracylindres les plus puissantes : S 1000 RR et ZX-10R.

Le freinage est puissant grâce aux étrier monobloque Brembo M50, exclusifs pour celle nouvelle Ducati. L’ABS fonctionne sur les deux roues si nous choisissons les modes Wet ou Sport, et travaille aussi comme freinage combiné. Cependant, si nous optons pour le mode Race, il travaille tout seul sur la roue avant.

Les suspensions Öhlins de la version S comptent sur le système de réglage électrique déjà vu sur la Multistrada S. Cependant la version « basique » est équipée d’une fourche Marzocchi et d’un amortisseur Sachs. Pour résumer, la Panigale est un missile agile et rapide.

 

7321-N