Suzuki RM-Z 450 E: Fièvre jaune

Suzuki RM-Z 450 E: Fièvre jaune

pub-haut

On l’a attendu, la RM-Z 450 E est enfin arrivée. Avec ses 55 CV de puissance et sa partie cycle remarquable, la nouvelle création de Suzuki va faire monter la température.

pub-haut

Si le moteur et sa remise de puissance sont remarquables, son cadre ne l’est pas moins. Il s’agit d’une double poutre en aluminium, assez étroite. Tout le châssis est de petite taille, ce qui rend la position de conduite très confortable, presque parfaite. C’est clairement la meilleure position que nous ayons vu sur des motos avec un cadre de cette architecture. Son comportement est bon, il permet de tourner très bien et fournit une grande maniabilité dans les changements de direction. Les sensations qu’il offre sont proches d’un cadre d’une cylindré inférieure. Une fois toutes ces qualités testées sur un terrain compliqué et lent, nous l’avons testée à grande vitesse. Il se comporte bien également, il fournit une grande vitesse et offre une très bonne sensation de stabilité. La position du guidon, un Renthal Fat Bar, est très pratique et les commandes sont bien placées. On peut dire la même chose de la selle, dont la forme est judicieuse, puisqu’elle permet au pilote une grande liberté de mouvements. L’équipement de suspensions est signé Showa sur les deux trains. La première partie du parcours offre un bon tact, même si le réglage de la fourche est un peu dur pour faire de l’enduro; caractéristique qui se ressent surtout sur les chemins et les trials, où les bras fatiguent trop. Cette dureté fait que le tact de la roue avant n’est pas très bon dans les chronos plats, mais il s’améliore sur les zones surélevées et les tronçons accidentés. Même constat sur l’amortisseur postérieur: il est assez dur, mais moins que la fourche. En fait, si l’arrière est plus souple c’est à cause de la précharge de l’amortisseur qui est un peu basse. A cause de cette différence sur les deux trains, l’ensemble est un peu déséquilibré et donne l’impression que la moto est un peu instable. Malgré tout, le tact et la progressivité de l’amortisseur sont bons. Le tact du frein avant ne nous a pas semblé aussi puissant que sur d’autres modèles équipés de freins Nissin, car la pompe est différente. Cependant l’ensemble de freins est plus que correct. Le tact est bon et permet de doser très bien le freinage, surtout à l’arrière. Nous avons apprécié le fait que même en forçant sur les deux trains, ils ne perdent pas en efficacité. Le bilan que nous pouvons faire de cette RM-Z 450 E est réellement bon. Malgré les défauts que nous avons commentés sur le développement, il s’agit d’une moto brillante à grande vitesse, avec des aptitudes remarquables pour la compétition. 55 CV pour une enduro, c’est beaucoup, mais la remise de puissance est douce et contrôlée, et permet d’exploiter à fond cette Suzuki. Comme pour sa sœur de 250 cc, il faut reconnaître que le travail de FT Sport et Suzuki nous a agréablement surpris. La RM-Z 450 E surprendra également les pilotes qui aiment les motos puissantes, agiles, et qui apportent une bonne dose de sensations. C’est ça, la fièvre jaune…

Traduit et adapté de SOLOMOTO par Pauline Balluais