Derbi Mulhacén 125 Café: De scrambler à naked 2007

Derbi Mulhacén 125 Café: De scrambler à naked 2007

pub-haut

Commercialisée d’abord en version scrambler – comme sa grande sœur 659-, la Mulhacén 125 a subi de nombreuses modifications qui l’ont transformé en une authentique et efficace naked. Ces changements lui vont bien.

pub-haut

Malheureusement on ne peut pas dire que la Derbi Mulhacén se soit vendue comme des petits pains. Elle ne manquait pourtant pas de qualités. Mais elle fait partie d’un segment, celui des scrambler, qui est peu accessible au grand public (comme sa sœur Mulhacén 659). Les choses ont changé avec l’arrivée de la version Café, car celle-ci est une véritable naked, qui appartient à un secteur réellement populaire. De plus, elle ajoute aux qualités de la Derbi un comportement sur route encore meilleur.

Qu’est ce qui a transformé la Café? La base est la même que sur la standard, mais elle a subit d’importants changements : le premier et plus visible (décoration mis à part) est l’adoption de roues de 17 » sur les deux trains, avec des jantes en alliage au lieu de jantes à rayons, et des pneumatiques au profil bas. Dommage que ceux-ci soient signés par la marque Vee Rubber, peu connue, et que la Café n’ait adopté d’autres pneumatiques plus populaires et fiables. Ils ne nous ont pas convaincu en terme d’adhérence. Cependant, ils peuvent être amusants si on aime conduire en faisant de légers dérapages. Mais il est préférable de les changer…

La nouvelle fourche inversée Paioli est un autre point fort de la Café. Les réglages des suspensions se sont endurcis, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière, pour apporter un meilleur rendement sportif. Cependant la suspension arrière reste un peu molle. On remarque au premier coup d’œil le grand disque avant, avec un puissant étrier à ancrage radial. Les poignées pour le passager sont nouvelles elles aussi. Voilà pour les changements.

La Mulhacén standard ou scrambler est stable et a de l’aplomb, mais elle n’est pas excessivement agile pour une moto de cette taille et de ce poids. La jante de 19 » et les pneumatiques épais et lourds en sont sans doute la cause. Le changement de roues sur la Café a apporté une plus grande facilité d’entrée dans les virages. La fourche inversée Paioli fait preuve d’une bonne résistance et montre une claire amélioration de comportement face à la fourche conventionnelle qui équipe la scrambler.

Le disque avant est apparemment identique sur les deux motos, mais les nouvelles roues et surtout l’étrier à ancrage radial améliorent grandement le freinage de la Café. Si sur le modèle antérieur le freinage était correct, il s’avère excellent sur la naked, avec beaucoup de puissance et un bon tact. Le moteur est le même monocylindrique refroidi par liquide qui a été dessiné par les ingénieurs de Derbi.

Jordi Aymamí Photos: Xavier Pladellorens et Santi Díaz Traduit et adapté par Pauline Balluais