Honda VT 1300 CX: Easy Rider… en japonais

Honda VT 1300 CX: Easy Rider… en japonais

pub-haut

Pour faire une bonne chopper il n’est pas nécessaire d’aller aux États-Unis. Pas nécessaire non plus de chevaucher une Harley Captain América pour se sentir comme Peter Fonda. Vous pourrez très bien faire la Route 66 sur une très japonaise Honda VT 1300 CX.

pub-haut

Après le succès de ses modèles Shadow -surtout celles de la gamme 750- et le relatif manque d’intérêt apporté à la musclée et exclusive VTX 1800, le géant à l’aile dorée propose une moto belle et plus osée, qui entre sur le terrain des choppers, ou customs transformées… à la différence que la base est de série. Honda a laissé sa nouvelle création, la VT 1300 CX, quasi vierge pour que l’on puisse la personnaliser facilement. Les fibres par exemple sont d’une seule couleur, sans logos. Mécaniquement il n’y a pas beaucoup de secrets. Le moteur est un bicylindre en V à 52°, typique de la maison, avec un cylindre exact de 1.312 cc, à large parcours (89,5 x 104,3 mm) et refroidi par liquide. Comme d’habitude, on ne cherche pas une grande puissance maximale (58 CV à 4.250 tours), car ce n’est pas indispensable sur ce type de motos. Par contre elle offre un bon résultat de couple à peu de tours, 10,9 kgm à seulement 2.250 tours/minute exactement. La transmission est confiée à un cardan pratique. En bonne custom-chopper, la roue avant est de 21″, avec une large fourche de 140 mm de parcours, qui a un grand angle de direction de 32°, et une distance entre les axes la plus grande que nous connaissons, pas moins de 1.805 mm. Sur la partie arrière on retrouve l’énorme pneumatique. Il est toutefois agréable de constater qu’il n’est pas venu à l’esprit des ingénieurs de chez Honda de monter ces typiques pneumatiques de tracteur qui équipent quelques unes de ces motos, et qui les rendent très difficiles à conduire. Celui de la VT est un 200 mm de 18″, qui est imposant, sans effrayer. La selle basse, les pédales avancées et un large guidon bien positionné customisent parfaitement la Honda. Et évidemment, la selle du passager est insignifiante.

Avec ses quelques 350 kg en marche, la VT 1300 CX n’est pas un poids plume. Pour mon cas, elle m’a agréablement surpris lorsque j’ai pu vérifié qu’il était facile de se déplacer à l’arrêt, on touche le sol facilement avec les deux pieds et la moto est étroite dans la zone des genoux. Le large guidon offre un bon levier de vitesse et n’a pas tendance à se fermer comme c’est le cas avec des motos similaires que nous avons testées. Sincèrement, je pense que presque tout le monde peut conduire une VT 1300 CX. Pour manœuvrer à l’arrêt, il faut chercher des petites pentes pour aller vers l’arrière. Un seul mais: elle tourne peu, en partie à cause de la grande distance entre ses axes, et en partie à cause du léger angle de virage, sans doute intentionnel pour éviter précisément que la direction ne se ferme. Comparée à d’autres customs, le changement de vitesse et l’embrayage sont souples, et en passant la première vitesse elle ne nous offre pas un son ni une seule secousse. Les vitesses se passent facilement, et les seules concessions à la dureté de ce type de motos sont de rondes vibrations, jamais excessives, et un grave rugissement qui provient de son échappement. Pour un fabricant japonais, faire une moto qui ne soit pas raffinée doit être un véritable sacrilège… La chopper de Honda est équipée d’un seul disque de frein avant et un autre à l’arrière, comme l’imposent les canons. Si sur la version basique l’étrier avant est à deux pistons, sur celle équipée d’un ABS il est à trois pistons, comme celle que nous avons testée, car elle inclut aussi le freinage intégral. L’expérience que nous avons avec ces freins Honda nous dit que les étriers à trois pistons du système intégral ont un meilleur rendement, du moment qu’ils sont utilisés en même temps. L’ABS est réellement recommandé, car les pneumatiques de custom sont généralement très durs et ont tendance à se bloquer au freinage sur des superficies assez glissantes, même si la puissance n’est pas très élevée. L’ergonomie est quasi parfaite, rien de surprenant sur ces motos du fabricant japonais, mais elle est pensée pour des personnes qui dépassent les 1,75m. Avec mes 1,70m les pédales avancées étaient un peu éloignées pour moi et je devais étirer les jambes pour les atteindre, surtout pour changer de vitesse, même si c’est le cas de presque toutes les customs avec ce type de pédales.

Dans le mythique film joué par Peter Fonda et Dennis Hopper (fortement recommandé pour ceux qui aiment les motos), les deux motards chevauchent librement leurs choppers sur les interminables routes des États-Unis. Ceux qui ont déjà conduit là-bas comprendront le succès de ces motos et le peu d’intérêt pour les hyper sportives, puisqu’avec les strictes limites de vitesse et la presque absence de routes de montagne, les customs ont bien une raison d’être. Mais ici c’est une autre histoire. Il y a des virages partout et rien que sur les voies rapides ou certaines routes du centre nous pouvons être des easy riders. Sur autoroutes, la VT 1300 CX préfère les vitesses réduites. Le vent arrive directement sur le conducteur, qui a une position totalement exposée à l’air, et il atteint aussi bien les épaules que les jambes. Il y a quelques vibrations qui arrivent sur les pieds et les mains, et qui pourraient être gênantes à haut régime, chose qui n’arrivera pas car la cinquième est large et les vibrations qui arrivent ne sont pas de grande fréquence, comme celles qui donnent des fourmis. La selle du conducteur est confortable et en se délaçant à 110-120 km/h, il est possible de faire beaucoup de kilomètres sans problèmes. Le passager se plaindra de la micro selle, sans aucune poignée pour se tenir, et des repose-pieds assez élevés. Il est clair que la VT 1300 CV est conçue pour voyager en solitaire, ou pour se rendre à une plage proche avec un passager. Sur route elle a des manières plutôt décentes, qui permettent une conduite fluide, sans être sportive. Si incliner la moto n’est pas très difficile, malgré le large pneumatique arrière au profil assez plat, la large distance entre les axes semble retarder l’arrivée dans les courbes et prolonger la sortie. Si la courbe se referme ou s’ouvre trop, l’incliner davantage, grâce au large guidon… jusqu’à ce que les pédales frôlent le sol, chose assez facile. Une fois l’habitude prise, on peut rouler avec une certaine agilité. La suspension arrière, comme sur les customs, est à courte distance et à réactions assez sèches face aux les ornières, et produit quelques secousses. C’est le défaut de ces motos… La nouvelle Honda VT 1300 CX est une moto attirante, bien faite, et qui fonctionne bien. Elle est facilement personnalisable. Son prix se situe dans la moyenne, il est même inférieur à la concurrence directe, et nous ne doutons pas qu’à partir de maintenant elle comptera de nombreux adeptes.

Jordi Aymamí Photos: Juan Pablo Acevedo Traduit et adapté par Pauline Balluais