MV Agusta Brutale 675 : une guerre civile en Italie ! 2013

MV Agusta Brutale 675 : une guerre civile en Italie ! 2013

pub-haut

Aujourd’hui, j’ai essayé une des reines des naked italienne. Oui, une reine, car car on dit que c’est le seul modèle capable de rafler à la Monster le titre de reine incontestable des naked italiennes.

pub-haut

Lorsqu’une moto italienne bénéficie d’une origine super sportive, il est facile de se faire une idée de son caractère. Sur cette MV, la partie cycle et le moteur sont d’origine « Corse ». Le châssis est un multitubulaire en acier ALS de type « treillis » avec une structure arrière en alliage d’aluminium. Le bras oscillant est un monobras et, comme le cadre, il est identique à celui de la F3… à la seule différence que sur ce modèle on trouve une fourche inversée Marzocchi de 43/125 non réglable et un mono amortisseur arrière Sachs réglable en précharge de 123 mm.

Malgré son origine sportive, la position de conduite est plutôt modérée ; les jambes ne sont pas trop pliées et les bras se placent de façon naturelle car la distance du guidon et la hauteur de la selle sont idéales. Ergonomiquement, ce serait une moto très confortable pour une utilisation quotidienne, exception faite du réglage des suspensions, très dur et sportif, qui rend la moto trop radicale pour la ville.

La Brutale 675 permet une position de conduite assez redressée. On a cherché une ergonomie capable de satisfaire les conducteurs de toutes les tailles. La selle se trouve à une hauteur assez basse et cela explique que la partie cycle se montre aussi rapide et agile. Le centre de gravité est très bien placé et contribue au fait que les réactions du châssis sont une références parmi les motos de sa catégorie. C’est la caractéristique principale de cette moto : en toutes circonstances, la Brutale 695 transmet une sensation de légèreté et une grande agilité, mais sans porter préjudice à la stabilité, à l’aplomb ni à la précision, même dans les virages très rapides. C’est une moto extraordinairement agile… et dure. Sa selle et ses amortisseurs sont durs, ce qui diminue quelque peu son confort.

Le fait que la Brutale 675 est dérivée de la super sportive F3 est encore plus évident lorsque le rythme augmente. Plus elle va vite, et plus l’italienne est à l’aise. Elle attaque les courbes, l’entrée des virages comme une véritable super sportive. Cette sensation de facilité de conduite dure jusqu’au premier imprévu, et l’on se rend vite compte qu’il faut beaucoup d’expérience pour tirer parti de la réactivité de la partie cycle et de l’exubérance du moteur. Le trois-cylindres de la Brutale déclare une puissance de 110 CV à 12 500 tr/min et un couple de 65 Nm à 8000 tours. Ce sont des performances comparables à celles de ses concurrentes mais la sensation que transmet la MV Agusta est une sensation de supériorité, tellement son caractère est sportif.

La poignée de l’accélérateur dispose d’un parcours très court, lorsque l’on ouvre les gaz, l’effet sur les performances est immédiat. Avec le mapping « Sport », les réactions du tricylindre sont très brutales, elles peuvent mettre en difficulté les conducteurs peu expérimentés en conduite sportive. Le mapping « Normal » apporte au moteur un peu plus de douceur, mais un rendement inférieur à bas régime. Le moteur n’est pas à l’aise dans ce rang. Il oblige à jouer continuellement avec le changement de vitesse, il cherche à monter très vite dans les tours. L’accélération est prodigieuse et la moto récupère bien à tous les régimes, montrant un clair changement de caractère à partir de 8000 ou 9000 tours. A partir de là, les performances deviennent réellement surprenantes pour un moteur de « seulement » 675 cc. Mention spéciale pour le merveilleux son du moteur à haut régime. Très excitant !

Des performances radicales nécessitent souvent un freinage radical. Les freins de la Brutale sont à la hauteur de la situation. Ils sont très puissants et dosables, avec un répondant immédiat, mais ils restent assez modulables pour ne pas mettre le conducteur en danger, dans une utilisation quotidienne comme en conduite plus dynamique.