Piaggio MP3 250: Trois roues: mieux que deux? 2007

Piaggio MP3 250: Trois roues: mieux que deux? 2007

pub-haut

Le lancement du nouveau MP3 250 marque une grande avancée dans le monde des deux roues. Nous vous proposons aujourd’hui cet essai spécial pour découvrir ses avantages et ses inconvénients par rapport aux scooters traditionnels.

pub-haut

Piaggio nous propose un nouveau moyen de transport basé sur un scooter, mais encore plus évolué, et conçu pour améliorer l’un des points les plus critiques des véhicules à deux roues : l’axe antérieur. Pour cela Piaggio a confectionné un système original qui fournit au MP3 un train avant avec deux roues qui, par le biais d’un innovant mécanisme de bras oscillant et de suspensions par parallélogramme, nous permet de l’incliner normalement, et nous apporte une plus grande sécurité grâce au double appui du train avant. Avec ce système, on apprécie aussi une augmentation très importante de la stabilité à toute vitesse. Enfin, le meilleur de tout cela c’est que nous n’aurons pas à changer notre conduite, car le MP3 se conduit comme tous les autres scooters.

Le MP3 se démarque là où les autres scooters flanchent. Sur routes mouillées et glissantes, sur les passages piétons ou les zones de gravillon, le train avant nous apporte une confiance spectaculaire. Si nous nous engageons dans un rond-point glissant ou si nous freinons fortement, il se montre impassible. Le fabricant a annoncé un pouvoir de freinage exceptionnel, qui diminue la distance de freinage de 20% par rapport aux scooters conventionnels.

Avec le MP3, nous pourrons abuser des puissants freins antérieurs -deux disques de 240 mm, et un disque de même diamètre à l’arrière- sans peur de perdre la roue avant. Comme nous l’avons vérifié lors de notre test de freinage, le MP3 est capable de s’arrêter deux mètres avant un X8 250, avec une vitesse de 50 km/h. Dans les virages, l’aplomb et l’adhérence sont spectaculaires, il est très facile de l’incliner jusqu’à faire toucher la béquille par terre, sans effort ni risque. Comme beaucoup de scooters, sur des superficies très glissantes sa roue arrière peut déraper, mais avec le MP3 ce n’est pas un problème, car il n’est pas nécessaire d’être spécialement habile pour le contrôler.

Les points faibles de ce mécanisme sont la lenteur dans les changements d’appui car il faut toujours réfléchir à la position de chacune des roues de la direction. Le rayon de tour est très large, ce qui fait que sa maniabilité au moment de tourner entre les voitures est plus limitée que sur d’autres scooters. Sur le test d’élan que nous avons réalisé spécialement pour vous sur un circuit fermé, nous avons pu constater qu’il est un peu plus maladroit dans cette manœuvre face à un scooter. Cependant, la sécurité qu’il apporte compense ce défaut, surtout pour les conducteurs ayant peu d’expérience dans la conduite de scooters.

Les situations quotidiennes, comme descendre ou monter un trottoir, sont plus faciles à réaliser. Les roues avant du MP3 sont indépendantes, ce qui est un gros avantage. Même en montant sur le bord du trottoir en diagonal, le MP3 reste toujours stable, car il monte d’abord une roue, et ensuite l’autre, comme si c’était une voiture. Pour se garer nous bénéficions d’un confort maximal, surtout sur la version équipée du mécanisme Roll Block, qui nous permet de bloquer le système du bras oscillant lorsque nous sommes à l’arrêt ou si nous circulons à une vitesse très réduite et avec l’accélérateur totalement coupé. Sur circuit, un environnement pour lequel le MP3 n’a pas été conçu, il se montre incroyablement stable et remarquable.

Les dérapages et les inclinaisons à fond sont plus faciles à faire que ce que l’on pourrait croire. Dans les inclinaisons, les seules limites que l’on trouve sont la béquille sur le côté gauche et l’échappement sur le côté droit. Mais si vous faites bien attention, c’est le divertissement assuré. Si en revanche vous cognez l’échappement ou la béquille sur l’asphalte, la roue arrière se lèvera inévitablement et vous vous retrouverez sur le sol…

Traduit et adapté de SOLOMOTO par Pauline Balluais