Ducati Multistrada 2013 : tous pour une… et une pour tous

Ducati Multistrada 2013 : tous pour une… et une pour tous

pub-haut

C’est la grande nouveauté de ce modèle. Ce système représente, pour le monde de la moto, une avancée vers les suspensions intelligentes. Le précédent DES (Ducati Electronic Suspension) était une suspension conventionnelle avec des ajustements réglables manuellement, non plus avec un tournevis mais directement depuis l’écran TFT de la moto. Le DSS (Ducati Skyhook Suspension) pense pour le pilote et tient compte de l’état de la route pour modifier la suspension, sans que le conducteur n’ait à toucher aux commandes.

pub-haut

ducati-multistrada-2013-tous-pour-une-et-une-pour-_fi_27639

Après avoir observé les nouveautés et les particularités de la moto, allons à l’essentiel… l’essai. Il est 8h du matin. Après avoir reçu la route à suivre, tous les journalistes sont montés sur leur unité de test, prêts à tester les changements de modes de conduite.

La clé de la Multistrada fonctionne par proximité. La petite boite à gants, située à l’avant, est idéale pour y ranger cette clé. A l’allumage, un écran très complet s’illumine et affiche de nombreuses informations, de façon claire et très lisible. Changer le mode de conduite est vraiment simple. Il est possible de choisir entre les modes Sport, Touring, Urban et Enduro.

ducati-multistrada-2013-tous-pour-une-et-une-pour-_fi_27640

Nous commençons à rouler sur des routes secondaires sinueuses et sur un asphalte en bon état. Nous nous réglons sur le mode Sport, 150 CV sans aucune restriction, qui nous permettent de rouler à un rythme dynamique et de constater que la suspension Skyhook fonctionne bien.

A tout moment, la moto garde une position horizontale, même dans les freinages forts ou les accélérations énergiques en sortie de virage, où une suspension souple aurait tendance à ouvrir la trajectoire. Les fossés sont également un bon test pour la moto, qui réagit comme si elle voyait ce qui se passait à chaque instant. Ce réglage du DSS endurcit la suspension, mais il peut également l’assouplir en cas de besoin, et permet une plus grande précision dans les réglages.

ducati-multistrada-2013-tous-pour-une-et-une-pour-_fi_27645

Après un bon repas, nous avons repris la route, dans l’unique but de profiter des routes à 100%. Je dois reconnaitre que cela faisait longtemps que je n’avais pas autant profité durant un essai sur route ouverte. La facilité de conduite est exceptionnelle. La moto est agile, elle entre très bien dans les virages, elle a un couple et une puissance plus que suffisants et la suspension apporte un plus de sécurité et une confiance extraordinaire.

La possibilité de réglage est infinie. Je dois en partie donner raison à Ducati lorsque la marque affirme que sa Multistrada est une moto 4 en 1. En partie, car je n’utiliserais pas cette moto pour faire de l’enduro. Il existe en effet pour cela des motos équipées de plastiques incassables et moins lourdes, mais tout cela est une question de principes personnels. La Multi m’a démontré qu’elle est tout à fait adaptée à une utilisation enduro.

Les prix ne sont pas encore définis. La marque attend les tests d’émission, mais en principe ce seront les mêmes que pour les modèles actuels. 16 000 euros pour la version basique (sans DSS) et 20 000 euros pour la version S. La Pikes Peak et la Grand Tourisme sont un peu plus chères, mais sans excès.

Les motos électroniques existent depuis longtemps maintenant, et on voit désormais arriver des motos capables de faire une partie du travail du pilote, sans se tromper. Le fameux algorithme fonctionne.

Traduit par Pauline Balluais