Ducati Monster 1100 Evo : le monstre intelligent

Ducati Monster 1100 Evo : le monstre intelligent

pub-haut

Pour satisfaire les adeptes du « desmodue » de Borgo-Panigale, Ducati a décidé de monter sa dernière évolution sur le modèle fétiche de la marque italienne, la Monster, et de l’associer à une grande quantité d’aides électroniques, fruit de l’expérience en MotoGP et en WSBK. Le résultat : une profusion de technologie au service d’un grand moteur classique.

pub-haut

Ce qui attire d’abord l’attention sur ce modèle par rapport au reste de la famille, c’est l’emplacement des échappements, qui permettent une position basse de la selle. Ils se superposent sur le côté droit, dans le style de la Diavel, contribuant ainsi à former des lignes plus fines sur la partie arrière.

Cette Monster a gardé tous les signes identitaires de la dernière génération : le phare à triple paraboles, le cadre multi-tubulaire en acier avec un sous cadre en aluminium et le faux réservoir de carburant rond, composé de deux couvercles en fibre, facilement remplaçables. Autres détails particuliers du modèle 1100 Evo, le beau monobras oscillant en aluminium, aux finitions noires mat, sur lequel agit un amortisseur de la marque Sachs, réglable en extension et en précharge. La fourche inversée avec des barres de 43 mm de diamètre, totalement réglable, est signée Marzocchi et ses légères jantes en alliage à 10 barres (héritées des Streetfighter) sont combinées à d’efficaces Pirelli Diablo Rosso II.

L’ensemble forme une moto étroite et légère, de seulement 169 kg à sec, sur laquelle on a privilégié le confort de conduite. C’était en effet le talon d’Achille de la précédente Monster 1100, aux dimensions beaucoup plus radicales.

Le moteur est un bicylindre de 1100 cc à 90° avec deux soupapes par cylindre, qui fournit une puissance de 100 CV, sans besoin d’autre système de refroidissement que l’air qui passe par l’ailette de ses cylindres et le petit radiateur à huile, situé verticalement sur une pièce qui inclut deux prises d’air pour le cylindre arrière. C’est un moteur très léger, grâce à l’application de la technologie Vacural pour la fabrication de ses carters. Il est accompagné d’un embrayage baigné dans l’huile, avec un mécanisme servo-progressif et un amortisseur de transmission qui adoucit son utilisation et inclut un mécanisme anti-rebond. Mais la grande nouveauté de cette naked sportive est sans aucun doute son électronique : l’ajout du pack DSP (Ducati Safety Pack), disponible pour la première fois sur une Monster, permet d’améliorer l’ensemble tant au niveau de la sécurité que du comportement. Le DSP se compose d’un ABS dessiné spécialement par Bosch et d’un système DTC, un système de contrôle de traction à quatre positions, qui inclut le même logiciel que celui utilisé par Ducati Corse.

Pour vérifier l’efficacité de l’ensemble moteur, électronique et partie cycle du nouveau « monstre », nous sommes allés l’essayer dans son habitat naturel, un village de montagne, des routes sinueuses et un bon asphalte. Ses 100 CV à 7500 tr/min et ses 10,5 Nm de couple moteur à 1500 tours nous ont ainsi démontré le caractère exceptionnel de son cadre et de sa partie cycle.

Cette évolution du desmodue est un moteur plus complet dans tout son régime que les versions précédentes, sur lesquelles on remarquait quelques secousses dans les récupérations à faible régime qui pouvaient être gênantes. Le nouveau 1100 Evo fournit la puissance de façon douce et linéaire. Le modèle que nous avons testé incluait les échappements Termignoni et la centrale adaptée, qui permettent de remplir davantage la courbe de puissance, en plus d’apporter quelques chevaux supplémentaires au bicylindre bolonais.

En changeant à peine les vitesses, avec son exceptionnelle partie cycle, nous commençons à enchaîner les virages avec une grande confiance, jusqu’à rouler très vite. A ce moment là, un indicateur s’allume sur le tableau de bord : le voyant du DTC. Avec ce système, il est conseillé de laisser le mode le plus intrusif au début, et de l’adapter ensuite à notre conduite. Je recommanderais la position 3, surtout sur une route en mauvais état.

ducati-monster-1100-evo-le-monstre-intelligent_fi_25243

Malgré ses performances, il s’agit d’une moto vraiment polyvalente. Même si l’autoroute, la ville et les longs voyages ne sont pas le fort de la famille Monster, il est vrai que ce modèle se défend bien dans ces environnements. Nous l’avons conduite dans le terrible trafic de Madrid, et lors d’une escapade le temps d’un week-end, et nous avons pu profiter du bon travail réalisé au niveau de l’ergonomie. L’adoption d’une nouvelle selle, à seulement 810 mm du sol, et l’élévation de 20 mm du guidon se traduit par une position de conduite confortable et sure, qui la rend adaptée à tous les conducteurs. Sa bulle remplit bien son rôle, elle permet d’atteindre des vitesses de croisière supérieures à la vitesse autorisée. De plus, parmi les nombreuses options qu’offre son catalogue d’accessoires, on trouve de pratiques poignées pour le passager.

Pour résumé, ce monstre dessiné il y a plus de 15 ans par l’italo-argentin Miguel Angel Galluzi a reçu un cours intensif de bonnes manières, a changé de vêtement et a suivi des cours de gym. Du bon travail !