Piaggio Carnaby 250 i.e.: Design et fonctionnalité

Piaggio Carnaby 250 i.e.: Design et fonctionnalité

pub-haut

Piaggio augmente la cylindrée de son élégant Carnaby jusqu’à 250 cc. La marque perfectionne ainsi son scooter avec deux arguments très appréciés des utilisateurs: design et fonctionnalité.

pub-haut

Le nouveau Carnaby 250 i.e. est pour le moment le modèle le plus urbain de Piaggio, dans la catégorie du quart de litre. Comme sur les versions 125 et 200 cc, la marque italienne a voulu se démarquer de ses concurrents avec un produit fonctionnel et pratique, mais en même temps très élégant, et qui mise fortement sur le design de qualité. Le Carnaby est un scooter 100% citadin. Sa taille, avec une distance entre les axes de 1370 mm et une largeur de seulement 755 mm, est digne d’un 125 cc. La différence est que ce modèle est propulsé par un moteur de 250 cc, avec 24,9 CV de puissance réelle. Avec un prix de 3550 euros, le Carnaby est l’un des 250 cc les plus économiques de Piaggio.

Il ne fait aucun doute que le comportement du Piaggio Carnaby deux et demi est l’un de ses meilleurs arguments, mais il faut aussi souligner son design, qui a été conçu selon les goûts et les exigences des utilisateurs. Pour commencer, le Carnaby possède l’indispensable plancher plat. Il augmente ainsi le confort de marche (puisque nous disposons d’un espace suffisant pour les jambes) et la capacité de charge. Il permet de transporter des objets de grande taille ou des sacs avec l’aide du crochet situé derrière le frontal. La selle est assez confortable et spacieuse, même si elle n’a pas la taille de celle utilisée sur un GT. Elle est assez longue et large pour que deux personnes s’y assoient sans problème, et grâce aux repose-pieds pliables conçues pour le passager, le conducteur n’aura pas à partager le plancher.

D’un point de vue pratique, le Carnaby 250 i.e. est doté d’un équipement en série assez intéressant. On trouve un espace pour le casque sous la selle, même si sa capacité est réduite, comme sur beaucoup de roues hautes. Malgré tout, Piaggio a su exploiter le peu d’espace disponible de façon originale: on a inclus deux petites boites à gants internes (sur les côtés du coffre), qui sont idéales pour ranger les outils fournis en série, les papiers du scooter ou des objets comme un antivol. Néanmoins, elles sont peu pratiques pour le quotidien, car elles sont placées à l’intérieur de l’habitacle. Nous aurions apprécié une boite à gants située sur le frontal pour mettre le téléphone portable ou le porte-monnaie, ou simplement pour avoir une carte de crédit sous la main.

Le tableau de bord est inspiré de celui des Berverly, et il se compose de trois sphères: une petite pour l’horloge, une autre à gauche destinée au compteur de vitesse, et à droite, la troisième est occupée par six témoins et les indicateurs analogiques de température et de niveau de carburant. Son design n’est pas vraiment remarquable, mais s’il s’avère très claire et facile à lire. Les deux éléments les plus originaux de la famille Carnaby se trouvent sur le frontal, avec la grille qui laisse voir le radiateur et le double phare clignotant avant, et sur les quarts postérieurs, où se situe le double phare clignotant arrière. Le design par groupes (un phare et un clignotant de chaque côté du scooter) est très judicieux, et il permet de le différencier des autres modèles de la gamme Piaggio, tout en lui apportant une personnalité très forte et reconnaissable. Nous regrettons enfin qu’il n’y ait qu’une béquille centrale. Une béquille latérale aurait facilité le stationnement.

Il est certain que l’équipement de série est très important dans la vie quotidienne d’un scooter, mais si le Carnaby est si attractif, c’est grâce à son bon comportement. Piaggio l’a doté de l’une des mécaniques les plus répandues dans le monde des scooters, le monocylindrique 4T LC SOHC 4V de 244 cc, nommé Quasar. Un propulseur connu pour sa modularité, sa capacité à s’adapter à tout type de scooter, et sa grande fiabilité. De plus, il offre des performances très intéressantes, encore plus sur un scooter de 250 cc. Il confère au Carnaby un comportement explosif, avec des accélérations fulgurantes dans les démarrages au feu, et des récupérations très rapides. C’est un moteur qui a une vitesse de pointe plus qu’acceptable (131,8 km/h réels selon nos appareils de mesure), ce qui le rend capable d’effectuer des déplacements interurbains en toute tranquillité.

La protection aérodynamique est un point à améliorer, surtout au niveau du tronc et de la tête. Piaggio en est conscient, et c’est pour cela qu’on a ajouté un petit écran qui protège un peu à la hauteur de la poitrine. C’est mieux que rien.