Piaggio MP3 Yourban, la meilleure attaque

Piaggio MP3 Yourban, la meilleure attaque

pub-haut

Après avoir testé le Yourban 125, il nous a semblé évident qu’il était le scooter parfait, grâce au bon comportement de sa nouvelle moitié avant. Agile, stable, maniable et sûr, il ne lui manque plus que le moteur de son grand frère, le 300 cc.

pub-haut

Les MP3 ont été conçus comme des véhicules urbains, mais avec un volume et un poids de scooter GT. Cela explique pourquoi les versions de plus grandes cylindrés fonctionnaient efficacement, alors que les version à moteurs homologués s’avéraient assez lourdes et peu agiles. Leur corpulence intimidait les nouveaux utilisateurs des scooters, ce qui était un grand contre-sens : le véhicule le plus sûr, le plus stable, et le mieux adapté aux novices faisait peur à ces conducteurs qui ne voulaient pas se risquer à circuler sur un scooter grand et lourd. De plus, il fallait donner des ordres précis au guidon pour le faire entrer dans les virages.

Tous ces inconvénients disparaissent d’un seul coup avec le Yourban. Pour commencer, sa taille est extraordinairement compacte, malgré tout ce qu’il a sous la carrosserie. En fait, il ne prend pas plus de place qu’un Beverly, sauf pour la largeur du train avant. L’ensemble de suspension/direction par quadrilatères des MP3 ne peut pas varier sans affecter de façon notable leur comportement, on n’a donc pas voulu altérer ce qui fonctionnait déjà. On a créé un nouveau frontal et deux garde-boues flottants, un par roue. Le résultat donne une allure très svelte et bien proportionnée, et compte tenu des nombreux commentaires des personnes qui nous regardaient arrêté au feu sur le Yourban, il semble beaucoup plaire. Il s’avère peu volumineux, moins intimidant pour les novices ou les personnes de petite taille. A priori, parfait.

Une conduite très naturelle

Les deux jantes avant de 13 pouces, plus l’arrière de 14 pouces (avec des pneumatiques de 110/70 et 140/60) sont sur-dimensionnées. On peut entrer dans les virages sans avoir à se préoccuper de la vitesse. Dans la plupart des cas, on ressentira un léger sous virage, mais sans jamais perdre le train avant, comme sur les scooters conventionnels. Si l’asphalte est très sale ou abîmé, nous pourrons noter une dérive du train arrière, mais même dans ces circonstances extrêmes, les quadrilatères exercent une force sur le contre guidon jusqu’à récupérer la trajectoire, sans coup brusque. Cela ne signifie pas que l’on doit conduire sans précaution, ni sans calculer la vitesse d’entrée dans chaque virage, mais nous pouvons vous assurer que la marge d’erreur est énorme par rapport aux modèles à deux roues.

Mise à part la pratique du système de blocage, il ne nécessite aucune habitude spéciale : le Yourban entre dans le virage comme si sa roue avant nous guidait. Freiner est très sûr pour des raisons évidentes, et la puissance de freinage est surprenante. Les Michelin City Grip, très adhérents et excellents sur route mouillée, y sont pour beaucoup, comme nous avons pu le constater tout au long de l’essai.

L’inconvénient est qu’il s’agit d’un ensemble adapté à recevoir des mécaniques de cylindrés différentes, ce qui fait que la version 125 est équipée d’un moteur un peu faible. Il est fin, il ne vibre pas et sa puissance est correcte pour sa catégorie, mais il manque de couple pour accélérer. L’ensemble en marche pèse plus de 200 kg. La version idéale est donc celle de 300 cc, celle dont notre collègue Jordi Mondelo nous a vanté les qualités lors de la présentation à Pontedera, le siège de Piaggio. Avec une meilleure accélération et une plus grande capacité de récupération, et une autonomie similaire, il semble être le scooter le plus équilibré et sûr du marché. Nous vous en parlerons plus en détails lorsque nous pourrons le tester.