TGB Bellavita 300 EFI : de Taiwan ?

TGB Bellavita 300 EFI : de Taiwan ?

pub-haut

J’ai expliqué à tous les curieux qui s’approchaient que ce beau scooter était l’œuvre d’un préparateur italien. Tous m’ont cru. Et tous ont été surpris lorsque je leur ai avoué la vérité. La réaction était toujours la même : il vient vraiment de Taiwan ?

pub-haut

tgb-bellavita-300-efi-de-taiwan-tgb-bellavita-300-_hd_31334 tgb-bellavita-300-efi-de-taiwan-tgb-bellavita-300-_fi_31329

Les lignes du TGB rappellent clairement la Vespa GT, mais la marque a réussi à trouver le point juste pour que son produit ait sa propre image. Dans ce sens, le Bellavita est très beau et très élégant et son allure suscite une grande curiosité et un grand intérêt.

Plusieurs éléments attirent l’attention : sa taille et ses finitions. C’est un grand scooter par rapport aux standards habituels des produits de Taiwan. Malgré sa vocation économique, il compte de nombreux détails de finitions. La combinaison de ces deux caractéristiques donne un poste de conduite large et très habitable, où même les utilisateurs de grande taille se sentiront à l’aise.

Une attention spéciale a été apportée aux finitions. Il est vrai qu’il y a beaucoup de plastique, mais il est bien travaillé, bien adapté et il est accord avec l’image cool du véhicule. Le tableau de bord est grand, il offre une excellente visibilité et des témoins lumineux de bonne taille. La capacité du coffre sous la selle pourrait être améliorée étant donné le volume disponible. On ne peut y ranger qu’un petit casque jet. Il me semble que les ingénieurs n’ont pas voulu se risquer avec la hauteur de la selle, pour garder la clientèle féminine. tgb-bellavita-300-efi-de-taiwan-tgb-bellavita-300-_fi_31328

Dynamiquement, le TGB montre quelques traits caractéristiques. Le premier et le plus important est l’excellent moteur, d’origine SYM. C’est la plus grande surprise de l’essai : un modèle de puissance, de douceur et de souplesse, mais qui montre un caractère inattendu. Il pousse avec énergie dès les premiers instants, il ne montre aucun vide à aucun régime et il monte haut dans les tours sans vibrations et toujours avec une sensation de confort. C’est l’un des meilleurs de son segment, il est capable d’affronter n’importe quel concurrent de la même cylindrée, italien ou japonais. Ce moteur m’enchante.

J’en suis même venu à la conclusion qu’il est un peu excessif pour ce type de scooter. Les conducteurs qui souhaitent acheter un Bellavita 300 pour partir en ballade doivent savoir que ce scooter est capable d’atteindre les 130 km/h, avec une énergie plus proche d’un scooter sportif que d’un simple scooter urbain.

tgb-bellavita-300-efi-de-taiwan-tgb-bellavita-300-_fi_31337

Nous avons d’un coté, un moteur très puissant et d’un autre, une partie cycle très légère. Le résultat est prévisible : une très grande agilité dans les changements rapides de direction, dans la circulation serrée et dans les changements de rythme… et un train avant qui, à grande vitesse, se montre très nerveux. J’ai la sensation encore une fois que le moteur est trop puissant pour ce Bellavita… comme si TGB avait monté un moteur de 300 sur un châssis de 125. Les freins, dotés d’un système de freinage combiné, remplissent bien leur rôle. Cependant, ils ne sont pas à la hauteur des possibilités du moteur, ni en termes de mordant ni en termes de tact. Je pense que le Bellavita 125, avec sa puissance plus modérée, doit être un scooter beaucoup plus équilibré.