KTM 450 EXC, une aspirante au trône 2011

KTM 450 EXC, une aspirante au trône 2011

pub-haut

Sa sœur de 350 cc est une rude concurrente dans la lutte pour le trône de la reine de l’enduro, mais la nouvelle 450 EXC présente également d’imposants attributs. Les plus remarquables sont son étonnante légèreté et la douceur du répondant qu’apporte le nouveau système d’injection électronique.

pub-haut

Une révision totale Si le moteur a conservé des éléments de la version précédente, nous ne pouvons pas en dire autant de la partie cycle de la 450 EXC, qui a été entièrement revue. Le cadre est totalement nouveau et suit les lignes de ceux qui équipent les SX avec moteur 2T de 2011. Le point supérieur d’ancrage de l’amortisseur se trouve sur une structure séparée du tube central du cadre, dans le but d’isoler les forces que génère la suspension arrière du reste du châssis. On a gardé la configuration à simple berceau en acier, mais on a augmenté la rigidité de torsion. Pour y parvenir, on a modifié les sections des différents tubes qui forment le cadre. Sur la suspension arrière, on a gardé le PDS, mais avec une nouvelle géométrie qui nécessite un amortisseur WP plus long de 7 mm. La fourche inversée, avec des barres de 48 mm de diamètre et provenant du même fabricant hollandais, offre la possibilité de régler la précharge des ressorts depuis l’extérieur. La carrosserie est entièrement nouvelle, même si elle suit les lignes des SX de motocross. Le plus grand volume de la boite de filtre facilite en grande partie le changement de la mousse filtrante. Les jantes Excel arborent une nouvelle couleur argent et, avec les vis des rayons en aluminium, elles permettent une économie de 200 grammes. Sur les freins, nous trouvons des composants Brembo de dernière génération, qui représentent une garantie de puissance et de bon tact. De nouvelles sensations La spectaculaire légèreté du nouveau moteur se note clairement sur le comportement de la nouvelle partie cycle. Le poids total est de 111,55 kg en marche avec le réservoir vide, chiffre était impensable pour une 450 4T il y a quelque temps. Le nouveau châssis est plus agile que le précédent et nous dirions même que ses réactions sont plus rapides dans les changements de direction. Il donne l’impression de ne pas avoir autant d’aplomb que le modèle 2011, mais nous devons admettre malgré tout que son comportement dans les zones rapides est bon, et que l’entrée dans les virages se fait avec une grande facilité. La position de conduite est parfaite, la moto est étroite et très svelte, ce qui permet une totale liberté de mouvements. Le guidon, comme le reste des commandes, est parfaitement bien placé. Notre unique reproche se réfère au moelleux de la selle, qui nous semble un peu molle, surtout sur la partie arrière. Les suspensions sont bien équilibrées entre elles et elles disposent de plus d’un compromis de dureté polyvalent qui nous permet de piloter de façon confortable, tout en garantissant l’efficacité nécessaire sur les spéciales. Le tact de la fourche est sensible, très agréable à piloter dans la montagne, elle absorbe de manière impeccable tous les petits obstacles, ce qui nous permet de garder un rythme élevé sur les chemins et les sentiers. Son rendement est parfait pour les pilotes qui recherchent une moto 100% enduro, tout en étant confortable. La capacité d’absorption des impacts forts et des ornières pourrait être améliorée, le rebond qui se produit alors est assez fort et affecte parfois la direction. Le train arrière suit les lignes de la fourche, il bénéficie d’un bon tact et d’une excellente capacité de traction en sortie de virages. Dans les freinages, le rebond fait un peu perdre la maitrise de la direction, mais beaucoup moins qu’avec les premiers systèmes PDS. L’équipement de freins Brembo est de haut niveau, et fournit le tact et la puissance espérés sur les deux trains. Lors de cet essai, nous avons pu constater que la KTM 350 EXF, comme les autres motos de 450 de sa catégorie, ont un sérieux problème avec la nouvelle 450 EXC de KTM. Elle est puissante, mais à la fois dosable, presque aussi légère que les motos de cylindré intermédiaire, et c’est pour cette raison qu’il sera difficile de la battre sur les spéciales.

KTM a fait l’avancée que tout le monde attendait : une 450 4T logique, facile à piloter, peu exigeante pour le physique et accessible aux pilotes de tous les niveaux.