Harley Davidson Sportster 883 Iron: Le côté obscur 2009

Harley Davidson Sportster 883 Iron: Le côté obscur 2009

pub-haut

Une moto dont l’obscurité impressionne: garde-boues, réservoir, moteur, boîte à air, jantes, elle est toute vêtue d’un noir mat. Son look « Dark custom » est authentique et son moteur, qui délivre 56 ch est vigoureux et appréciable à bas et mi-régimes. Vous n’avez plus qu’à enfiler votre costume de Bad Boy et enfourcher cette Iron charismatique pour passer du côté obscur…

pub-haut

Le propulseur bicylindre noir mat incorpore une boite de vitesse de 5 rapports. Ce changement est plutôt notable par rapport à la version Evolution de 1986 qui présentait un bloc moteur en aluminium et une boite de vitesse de 4 rapports.

Le concept « Dark custom » est manifeste: un réservoir Peanut noir mat, un garde-boue avant tout aussi noir qui adopte un nouveau dessin plus sportif, puis un garde-boue arrière raccourci avec les clignotants qui prennent le rôle d’un phare arrière inexistant. La moto se caractérise par un guidon court, des jantes à 13 bâtons d’aluminium et un fini poli, qui avec tant de noir mat donne une pointe brillante, sport, technologique…

Moteur éteint, il n’est pas facile de pousser ces 260 kg ! Mais dès que l’Iron est sur les routes, c’est une autre histoire. La selle individuelle, située à seulement 735 mm du sol et la roue avant de 19 », font de l’Iron une moto maniable. Par contre, difficile d’arrêter un tel engin une fois qu’il est lancé ! Le système de freins, qui incorpore deux disques de 292 mm, n’est pas un exemple d’efficacité. En effet, avec une conduite un peu « sportive » il est nécessaire de compter aussi sur le frein arrière. Ainsi, un autre disque de frein serait apprécié mais augmenterait aussi sans aucun doute le prix de la moto.

L’Iron permet d’entrer dans le monde Harley pour un prix raisonnable. Le monde Harley ? Oui, toutes ces sensations de conduite uniques et propres à la marque. Selle près du sol ; pieds avancés vers l’avant, embrayage souple et agréable ; changements de vitesses bruyants ; mains élevées ; instrumentation limitée et surtout un son inimitable… L’esthétique de l’Iron impose et en marche j’ai été surpris de sa générosité à bas régime malgré son poids. L’injection électronique, que quelques puristes critiquent, fonctionne réellement très bien sur cette 883 et la réponse à bas régime est incontestablement très agréable. Sans perdre sa personnalité (elle vibre, pèse, fait du bruit), l’Iron est une moto agréable qui se comporte bien en ville mais aussi sur des routes plus sinueuses. En effet, vous sentirez à la sortie des lents virages les sensations inimitables de cette 883. Ce n’est pas une moto avec laquelle vous chercherez vos limites ; elle les impose elle-même avec ses suspensions et ses reposes pieds près du sol. Mais ce n’est pas vraiment dérangeant car tout le plaisir de cette moto réside dans le ressenti du moteur, les bas régimes, la réponse et les vibrations…Sur les grandes distances, ce n’est pas vraiment le manque de protection aérodynamique qui fatigue mais plutôt la position du dos, peu naturelle. L’Iron est vendue sans siège ni repose pieds pour le passager, mais ils pourront être montés si vous souhaitez partager votre voyage…La consommation de 6,2 litres/100km est modérée, et vous permettra de parcourir à peine 200 km sans passer à la station service. Avec son prix, adapté à la crise, l’Iron vous facilite la tâche…Prêt à passer du côté obscur ?

Álex Medina Photos: Santi Díaz Traduit et adapté par Gaela Le Janne