BMW C 650 GT : mobilité urbaine plaisante

BMW C 650 GT : mobilité urbaine plaisante

pub-haut

BMW Motorrad s’est fait une place dans le monde des maxi scooters, de façon attrayante, pratique, puissante et sûre. Ce sont en effet les principaux arguments du C 650 GT, le nouveau maxi scooter grand tourisme de BMW Motorrad. Ses qualités citadines et routières, sa personnalité et son style BMW le placent parmi les modèles haut de gamme du segment.

pub-haut

Le moteur fonctionne avec un propulseur à 4 temps, deux cylindres en ligne inclinés à 70° vers l’avant, 647 cc, 8 soupapes, un double arbre à cames, avec deux axes d’équilibre et une injection électronique, une puissance de 60 CV à 7500 tr/min et 66 Nm à 6000 tours pour le couple maximal. Son poids est de 81 kg et il est refroidi par liquide. Il est entièrement nouveau, il a été dessiné par BMW Motorrad en collaboration avec KYMCO. Il est équipé d’une boite de transmission CVT par variateur continu et embrayage automatique centrifuge. Ces caractéristiques en font le moteur le plus puissant de la catégorie, après le Gilera GP 800.

La position basse du moteur (incliné à 70°) aide à placer le centre de gravité très bas. Le son est vraiment caractéristique et, dans les rétentions, on peut entendre le ronronnement profond des cylindres. D’une certaine façon, il me rappelle davantage un monocylindre qu’un moteur à deux cylindres. Les niveaux de vibrations sont très bas, grâce aux deux axes d’équilibre. Les deux cylindres fournissent la puissance de façon similaire à un moteur en V. L’utilisation du système de lubrification du moteur par carter sec s’explique en grande partie par la volonté de diminuer le volume et réduire ainsi la hauteur au sol, et abaisser le centre de gravité. Pour résumé, les principales caractéristiques de ce nouveau bicylindre sont ses grandes performances et son efficacité.

Ce scooter grand tourisme a été conçu pour un confort maximal, il s’agit donc d’un grand modèle. Ses dimensions sont importantes, et il semble surprenant qu’un carénage aussi surdimensionné cache une partie cycle aussi compacte. Par exemple, sa distance entre les axes est de 1591 mm, contre 1595 pour le Burgman 650 ou 1600 pour le Honda Silverwing. Le lancement de l’allemande est de 25,4° contre 26° pour la Suzuki et 28,3° pour le Honda. Seul son poids trahi un peu le concept : l’allemande déclare un poids en marche de 258 kg, 8 kg de plus que le SW-600, mais 19 kg de moins que le Burgman, son principal rival.

Lorsque nous mettons le contact et appuyons sur le frein, le bicylindre démarre d’un seul coup. Nous avons apprécié le son et les sensations : un ronronnement rauque, très peu de vibrations, un vrai plaisir. Le son modulé par l’échappement Akrapovic donne une touche spectaculaire, nous vous conseillons cette option.

La vision est parfaite : rétroviseurs, tableau de bord… La grande bulle a été parfaitement conçue. Un système motorisé de régulation permet de modifier la hauteur grâce à un bouton. Dans sa position la plus haute, la protection aérodynamique est maximale. Cependant, celle des jambes est un peu juste. Il manque quelques centimètres de largeur sur cette partie.

Dans la circulation urbaine, les rétroviseurs sont situés à une position idéale pour passer au dessus des rétroviseurs des voitures. Le répondant du moteur est immédiat, progressif, linéaire, sans oscillations. Le régime est maintenu dès le départ et la vitesse augmente de manière progressive. Le moteur est élastique et puissant, il nous permet de faire des accélérations étonnantes. Attention toutefois aux accélérations sur asphalte humide, où la moto perd un peu en traction. Il est surprenant que BMW n’ait pas prévu d’ajouter un contrôle de traction.

Le C 650 GT est équipé d’un puissant ABS en série à double canal, qui gère les trois disques de 270 mm. A l’avant, les deux disques sont mordus par des étriers flottants à double piston de 25,4 mm de diamètre. A l’arrière, il est freiné par un double étrier qui utilise un piston flottant de 27 mm de diamètre.

Il est également équipé d’un frein de stationnement, l’équivalent du frein à main sur les voitures. BMW Motorrad a développé une solution innovante. Normalement, c’est le conducteur qui actionne le frein avec un levier séparé. Sur le C650 GT, il s’active automatiquement lorsque la béquille latérale est placée, à travers un câble qui actionne mécaniquement l’étrier de frein arrière. Un grand système, à adopter par tous les fabricants, car on oublie souvent d’insérer une marche à l’arrêt.

C’est probablement la meilleure moto, ou plutôt le maxi scooter haut de gamme, grâce à la qualité de ses finitions, à son moteur et sa capacité dynamique, et à son design attractif qui ne passera pas inaperçu. Le secret d’une mobilité urbaine plaisante.

Traduit et adapté par Pauline Balluais