Honda CBR 1000 RR Fireblade: Efficace et polyvalente 2009

Honda CBR 1000 RR Fireblade: Efficace et polyvalente 2009

pub-haut

Grâce à l’expérience acquise des MotoGP, Honda a développé la nouvelle CBR 1000 RR : compact, agile, plus légère et extrêmement facile à conduire.

pub-haut

Nous pouvons affirmer, sans exagérer, que la sensation au guidon de la nouvelle Honda est celle d’une 600 Supersport avec 50 % de chevaux en plus. Par rapport à son prédécesseur, le rapport poids/puissance a été amélioré avec 4 kilos en moins et 5 chevaux en plus. Fidèle à l’idée de ses créateurs, la CBR 1000 RR est une moto exploitable à 100%. Elle est peut-être moins puissante que ses concurrentes, mais compense cela par son agilité et sa légèreté.

En 1992, Honda présentait la première Fireblade, la CBR 900 RR. Quinze ans après, la nouvelle CBR 1000 RR est plus légère, plus agile et plus puissante. Mais de nombreux changements ont été opérés sur cette nouvelle CBR. Pour une première prise de contact avec la moto nous nous sommes rendus au Qatar.

Monté sur la CBR 1000 RR nous avons l’impression d’être sur une 600. Facile à conduire, elle dispose de très bonnes performances, qui sont totalement exploitables, même hors circuit. Cette moto détient une toute nouvelle esthétique. Le département de design de Honda a cherché avant tout à se différencier du reste des rivales. Son air agressif provient du style des phares de type Line Beam alors que la partie arrière est très minimaliste ce qui donne une image compacte. Et si on regarde de près, on se rendra compte que Honda fait un petit clin d’œil au bon vieux temps en revenant au logo original de sa première moto (situé sur le réservoir), la Dream.

Par rapport à la génération antérieure, la nouvelle Fireblade gagne 5 ch (172 ch sur la version 2006 et 177 ch sur celle de 2008). En effet la marque a préféré améliorer le rapport poids/puissance plutôt que rendre la moto super puissante. Ainsi, le moteur a perdu 2 kilos. Dérivé des MotoGP, un embrayage anti-dribble a été adopté pour éviter que la roue arrière ne se bloque dans les fortes réductions de vitesse et améliorer les conditions de traction lorsque nous mettons le gaz pour sortir de virage. Le châssis de la nouvelle CBR a aussi été optimisé, plus rigide, plus étroit de 30 mm et surtout allégé de 2,5 kilos par rapport à son prédécesseur. Les roues sont aussi plus légères (310 grammes), et les étriers de frein monoblock ainsi que le nouvel amortisseur de direction HESD encore plus performants.

Nous avons eu la chance de l’essayer sur le circuit international de Losail au Qatar. A peine monté sur la moto j’ai senti la sensation d’une moto compacte et un agréable feeling. Les premiers tours m’ont permis de confirmer la bonne ergonomie de la Fireblade. Malgré sa petite taille, nous avons suffisamment d’espace pour bouger facilement, du moins pour ceux qui ne dépassent pas les 1,85 mètres. La protection aérodynamique est correcte, mais pas excellente, et Honda offre en accessoire une bulle plus élevée. La CBR 1000 RR est très agile et se penche d’un côté à l’autre avec une facilité extrême sans perdre en stabilité. Mais lorsque le rythme est plus soutenu, la roue arrière commence à glisser doucement, ce qui n’invite pas à aller plus vite en virage. Sur la ligne droite finale du circuit, ou nous arrivions à plus de 280 km/h, et heureusement, les nouveaux étriers Tokico monoblock (plus légers) sont dosables, précis et puissants.

Grâce à la suspension et aux BT 002 la CBR 1000 RR entre en virage très facilement et avec beaucoup d’agilité. Légère comme une 600 mais avec l’aplomb d’une 1000, cette moto est fidèle à l’idée qu’en avaient ses créateurs : une moto exploitable à 100%. Elle a peut être moins de chevaux que ses rivales mais cela est compensé par l’agilité et la légèreté. Ses 177 ch ne sont pas mal du tout, mais loin des 188 ch de la Kawasaki ZX-10R (200 ch avec le Ram air)