Yamaha TMax 500 Sport. Un dur au cœur tendre

Yamaha TMax 500 Sport. Un dur au cœur tendre

pub-haut

Le phénomène Tmax est étonnant. A son bicylindre de 500 cc et sa partie cycle semblable à celle d’une moto sportive, on a ajouté un échappement Akrapovic et une bulle plus basse. Voici la version Sport du Tmax.

pub-haut

Ce n’est pas un simple scooter, c’est beaucoup plus que cela, et les milliers de ventes écoulés sur le marché depuis plus de dix ans le confirment.

Confortable, fiable, sportif, facile, les qualités du méga scooter de Yamaha sont nombreuses. Cependant, c’est la loi du marché qui commande et cette super vente n’a pas échappé à une petite révision. Avec cette nouvelle version Sport, Yamaha a souhaité attirer les clients plus racing, ceux qui possèdent déjà une sportive ou ceux qui recherchent un petit plus de sensations et qui n’avaient pas encore trouvé le modèle satisfaisant pour faire le grand saut.

Après le lancement de la version Tech Max, disponibles avec plusieurs finitions esthétiques différentes, comme les jantes polies ou la carrosserie de couleur noire mate, le modèle Sport avec système d’échappement Akrapovic et avec une bulle plus basse arrive enfin sur le marché.

Un dur au cœur tendre

Le Yamaha Tmax doit en grande partie son succès à son moteur bicylindre de 500 cc et à ses 43 CV déclarés. Ces chiffres peuvent vous paraître un peu justes, mais ce bicylindre semble fournir le double. Cela s’explique par une transmission très particulière. L’embrayage est de type conventionnel, c’est un multidisque à sec. La transmission comprend aussi deux chaînes en série, baignées dans l’huile, qui permettent d’avoir un carter de petites dimensions.

Mais le composant le plus important de la nouvelle version Sport est sans aucun doute son échappement complet, signé Akrapovic. Peu de fabricants proposent un système d’échappement comme celui-ci, composé d’un silencieux en titane et carbone ainsi que de collecteurs en acier inoxydable. Yamaha a surement dépensé sans compter pour cette version Sport. Le système d’échappement est évidemment homologué pour une utilisation en ville, mais le bruit émis par le bicylindre est très élevé, et peut même s’avérer gênant si on ouvre les gaz de façon continue. Cela s’explique par le fait que, sur une moto à changement automatique, le moteur tourne très haut dans les tours à la recherche de la zone de couple. Malgré l’ajout d’un réducteur de son ou dB killer, le bruit reste très élevé. Les performances obtenues grâce à cet échappement sont remarquables, on note plus de couple et une montée dans les tours assez rapide, qui se traduisent par des accélérations efficaces depuis l’arrêt.

Le comportement dynamique du Tmax est d’un équilibre exemplaire –grâce à son cadre, ses suspensions de grande qualité et une distance importante entre les axes. Le passage dans les virages est très rapide. Le train avant comprend une fourche robuste, soutenue par une double tige, et qui assure la rigidité et la fiabilité qui caractérise ce modèle. La partie arrière est composée d’un amortisseur placé de façon transversale, qui travaille également à la perfection.

Le réservoir de carburant, situé au milieu du plancher au niveau de l’appui des pieds, aide à centralisé le poids. La position du guidon est commode et permet une conduite détendue, même en roulant à un rythme dynamique. La bulle plus basse plaira aux utilisateurs de grande stature, mesurant plus de 1,80 mètres. La bulle originale est plus haute, elle est située au niveau des yeux. Avec cette bulle basse, on ressent beaucoup plus l’air, mais les turbulences sont atténuées et on gagne en esthétique sportive.